La bourse est fermée

Allemagne: secoué par crises et polémiques, Olaf Scholz devient un chancelier de moins en moins aimé

AFP - SERGEI SUPINSKY

Chahuté par des affaires, polémiques, scandales et faux pas, le chancelier Olaf Scholz vient de vivre deux rudes semaines. La crise, la guerre en Ukraine et les bisbilles au sein de sa coalition mettent sa popularité à rude épreuve. Mais le social-démocrate est habitué à faire le dos rond.

Avec 14 millions d’adultes , l’Allemagne s’attend à un rude "Corona Herbst" (automne). Pour son chancelier, Olaf Schoz, c’est pire: depuis la mi-août, il vit l’hiver avant l’hiver. Celui qui avait été le grand vainqueur des législatives de la mi-septembre 2021, traverse une véritable décade de l’horreur, parsemée d’éclats, déconvenues et autres polémiques. Le microcosme berlinois parle des "3K": Krise, Krieg, Knatsch Koalition (crise, guerre, couacs de coalition).

Il y a d’abord eu le retour du . Depuis cinq ans, le social-démocrate est régulièrement sur la sellette. Demain, vendredi 26 août, il est une nouvelle fois appelé à témoigner, pour savoir si, au temps où il était maire de Hambourg, son parti a accordé des largesses fiscales à la banque Warburg. Auditionné il y a quelques jours déjà, il a, comme d’habitude, déclaré ne pas se souvenir. Mais un rapport confidentiel a fuité au même moment dans le magazine Stern, selon lequel il aurait retrouvé mi 2020 une partie de sa mémoire, lors d’une audition devant le Bundestag… Et aurait admis avoir rencontré un des responsables de la banque.

Pendant ces jours d’été fatidiques, il y a eu aussi un faux pas d’Olaf Scholz lors de la visite du président de l’autorité palestinienne Mahmoud Abbas. En fin de conférence de presse commune, le chancelier a laissé son hôte accuser Israël d’avoir commis "50 holocaustes", sans piper mot. Ce n’est que le lendemain, aiguillonné par une bronca publique contre cette banalisation de l’Holocauste, que . Mais bien tard!

Des Femen seins nus à ses côtés

Tombant de Charybde en Scylla le politique a vécu un moment d’inconfort supplémentaire, lors de sa visite dans l’Est du pays, à Neuruppin dans le Brandebourg, où il était supposé mener un dialogue citoyen. Au lieu de quoi il a eu droit à un concert de sifflets et a été hué par quelques centaines de d'opposants. Pour couronner la série, lors de la journée portes ouvertes de la chancellerie, deux femmes du mouvement Femen se sont dépoitraillées[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi