Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    39 671,04
    -201,95 (-0,51 %)
     
  • Nasdaq

    16 801,54
    -31,08 (-0,18 %)
     
  • Nikkei 225

    38 617,10
    -329,83 (-0,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,0827
    -0,0032 (-0,29 %)
     
  • HANG SENG

    19 195,60
    -25,02 (-0,13 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 155,34
    -271,04 (-0,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 509,75
    -16,67 (-1,09 %)
     
  • S&P 500

    5 307,01
    -14,40 (-0,27 %)
     

En Allemagne, un infirmier condamné pour meurtres et tentatives d'homicide sur des patients

©

Employé dans hôpital de Munich, l’homme a été reconnu coupable d'y avoir injecté des cocktails de médicaments sans prescription à des patients.

Un infirmier de 27 ans a été condamné, ce lundi 15 mai, à Munich à la prison à vie pour les meurtres de deux patients et six tentatives sur d'autres malades, dont l'intellectuel allemand Hans-Magnus Enzensberger.

À lire aussi >> Enfant refusé aux urgences : « Comment ont-ils pu nous laisser dehors avec notre bébé qui agonisait ? »

L'infirmier était employé principalement dans des salles de garde d'un hôpital de Munich, où les patients étaient accueillis après une opération. Il a été reconnu coupable d'y avoir injecté des cocktails de médicaments sans prescription à des patients. Deux patients, âgés de 80 et 87 ans, avaient succombé aux injections après plusieurs jours de coma.

Injection en surdose de médicaments

Selon le tribunal, il s'est aussi rendu coupable de six tentatives d'homicide, dont trois visant en novembre 2020 l'essayiste et traducteur allemand Hans-Magnus Enzensberger. Celui-ci a survécu à ces tentatives, avant de décéder de mort naturelle le 24 novembre 2022 à l'âge de 93 ans.

PUBLICITÉ

C'est un aide-soignant qui avait alerté la direction de l'hôpital en constatant la dégradation subite des patients. Des analyses sanguines ont ensuite montré l'injection en surdose de médicaments qui ne leur avaient pas été prescrits

L'infirmier aurait agi pour être tranquille et pouvoir, notamment, consulter son téléphone. Porté sur la bouteille, il avait aussi régulièrement la gueule de bois ou était ivre durant son service. "Comme...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi