La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 387,39
    +420,20 (+2,10 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

Allemagne: feu vert au relèvement du salaire minimum horaire à 12 euros

HANNIBAL HANSCHKE

Le parlement allemand a approuvé vendredi le relèvement du salaire minimum horaire à 12 euros brut au 1er octobre, une mesure phare du programme du chancelier Olaf Scholz mais pas exempte de critiques dans un contexte d'inflation galopante.

Le parlement allemand a approuvé vendredi le relèvement du salaire minimum horaire à 12 euros brut au 1er octobre, une mesure phare du programme du chancelier Olaf Scholz mais pas exempte de critiques dans un contexte d'inflation galopante.

"La sécurité et la paix sont les priorités du gouvernement en ces temps difficiles", a souligné devant le Bundestag le ministre du Travail Hubertus Heil, estimant que cette revalorisation était une "question de respect" et participait du sentiment de sécurité des travailleurs. Cette mesure va améliorer la rémunération de près de 6,2 millions de salariés sur une population active de 45,2 millions de personnes.

Le "Smic" horaire allemand sera augmenté en deux étapes, de 9,82 à 10,45 euros le 1er juillet puis à 12 euros le 1er octobre, dopant le pouvoir d'achat global de 4,8 milliards d'euros au sein de la première économie européenne, selon la Confédération allemande des syndicats (DGB). Il s'agissait d'une promesse centrale de la coalition avec Verts et libéraux dirigée par le social-démocrate Olaf Scholz depuis décembre. Elle est saluée par les syndicats au moment où le pouvoir d'achat est rogné par une inflation qui enchaîne les records depuis près d'un an. En mai, la hausse des prix a atteint 7,9%.

Mais selon un sondage de l'organisation patronale "Familienunternehmen" auprès de 800 de ses membres, 89% des chefs d'entreprises craignent que cette mesure renchérisse leurs coûts et donc in fine les prix, avec une nouvelle accélération de l'inflation. Certains secteurs, déjà fortement touchés par les hausses de prix des matières premières, sont inquiets pour leur compétitivité, comme la filière agricole qui va devoir payer plus cher les saisonniers.

Risque relativisé

Le risque est toutefois relativisé par certains experts. "Des augmentations de salaire raisonnables sont (...) nécessaires pour stabiliser l'économie, même en cette période de crise", a commenté le président de l'influent institut économique DIW, Marcel Fraztscher.

Le[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles