La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2168
    +0,0100 (+0,83 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    47 158,14
    +557,48 (+1,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0097 (+0,70 %)
     

Allemagne: Armin Laschet candidat du bloc CDU/CSU à la chancellerie

par Andreas Rinke et Paul Carrel
·3 min de lecture
ALLEMAGNE: LASCHET CANDIDAT DU BLOC CDU/CSU À LA CHANCELLERIE

par Andreas Rinke et Paul Carrel

BERLIN (Reuters) - Armin Laschet, chef de l'Union chrétienne-démocrate (CDU), a lancé mardi un appel à l'unité après avoir été désigné candidat du bloc conservateur CDU/CSU à la chancellerie pour les élections législatives allemandes de septembre prochain.

Le successeur d'Angela Merkel à la tête de la CDU, classé au centre, a obtenu lors d'une réunion interne lundi soir un large soutien des cadres du parti et son rival Markus Söder, président de l'Union chrétienne-sociale (CSU), la partenaire bavaroise de la CDU, a annoncé mardi à la mi-journée qu'il se retirait.

"Les dés sont jetés : Armin Laschet sera le candidat chancelier de l'Union", a dit le ministre-président de Bavière lors d'une conférence de presse.

"La CDU s'est réunie hier (lundi) et a pris sa décision. Nous l'acceptons et la respectons. "J'ai appelé Armin Laschet et je l'ai félicité. Je lui ai dit que nous, la CSU, acceptions cette décision. Nous lui offrons tout notre soutien."

Après le retrait d'Angela Merkel, qui a décidé de ne pas briguer un cinquième mandat, la pression s'était accrue sur les conservateurs pour qu'ils se mettent d'accord rapidement sur l'identité de leur candidat pour le scrutin du 26 septembre.

La question est d'autant plus sensible que le bloc conservateur est donné en recul dans les sondages, du fait de la gestion jugée chaotique de la crise sanitaire due au coronavirus par le gouvernement à Berlin.

"Il est important que la CDU/CSU aborde cette campagne électorale comme une seule équipe", a déclaré Armin Laschet lors d'une conférence de presse. "La CDU ne remportera pas cette élection sans la CSU, et l'inverse est également vrai."

SÖDER PLUS POPULAIRE DANS LES SONDAGES

Des discussions avaient débuté la semaine dernière pour tenter de décider qui d'Armin Laschet ou de Markus Söder serait le mieux placé pour mener les conservateurs à la victoire.

En choisissant de soutenir Armin Laschet, âgé de 60 ans, l'élite de la CDU a opté pour le maintien de son ascendant sur la CSU, alors que Markus Söder, 54 ans, est considéré comme un politicien habile qui serait à même de dominer l'alliance conservatrice pendant des années.

Après plus de six heures d'un débat qui s'est conclu dans la nuit, le comité exécutif de la CDU s'est prononcé en faveur de la candidature d'Armin Laschet, avec 31 voix sur 46, ont déclaré des sources au sein du parti.

Markus Söder, qui n'a pas pris part à la réunion virtuelle, a obtenu six voix, tandis que neuf membres du comité se sont abstenus, a-t-on appris auprès de participants.

Le fait que les enquêtes d'opinion suggèrent que Markus Söder dispose d'une cote de popularité plus importante qu'Armin Laschet inquiète toutefois certains membres de la CDU.

Un sondage ARD Deutschlandtrend publié vendredi montre que 72% des électeurs conservateurs considèrent Markus Söder comme le mieux placé pour devenir le prochain chancelier. Selon l'enquête de l'institut de sondage Infratest Dimap, seuls 17% des conservateurs jugent Armin Laschet comme le candidat le plus approprié.

Ces divisions dans les rangs conservateurs contrastent avec le consensus obtenu chez les Verts, qui ont nommé lundi Annalena Baerbock comme candidate avec l'objectif de rompre les décennies de domination des conservateurs.

Si les sondages leur donnent une courte avance sur les Verts, nombre de conservateurs craignent les conséquences du retrait d'Angela Merkel, qui les avait conduits à quatre victoires consécutives.

Jamais un dirigeant de la CSU n'a été chancelier.

(version française Jean Terzian, Claude Chendjou et Jean-Stéphane Brosse)