La bourse est fermée

Alibaba s’envole pour ses débuts à la Bourse de Hong Kong

En débarquant à la Bourse de Hong Kong, Alibaba a fait sensation, "l'Amazon chinois" ayant bondi de près de 8% dès les premières minutes de cotation. Signe de la tension qui règne dans l'ex-colonie britannique après près de six mois d'agitation contre l'exécutif pro-Pékin, des forces anti-émeutes stationnaient devant le siège de la Bourse alors que se déroulait une cérémonie en l'honneur d'Alibaba. Le groupe, fondé par l'excentrique multimilliardaire Jack Ma - un ex-professeur d'anglais -, a présenté son introduction à la Bourse de Hong Kong comme un signal de confiance envers la grande place financière du sud de la Chine.

"En cette période de changement, nous continuons à croire que l'avenir de Hong Kong reste resplendissant. Nous espérons contribuer, à notre manière, à l'avenir de Hong Kong", avait assuré le PDG du groupe, Daniel Zhang, en annonçant l'opération le 15 novembre. Mardi, dès les premières minutes de cotation des 500 millions de nouvelles actions, les titres ont gagné près de 8%, cotant jusqu'à 189,50 dollars de Hong Kong (HKD), alors qu'Alibaba les a vendus au prix de 176 HKD l'unité.

>> A lire aussi - Alibaba : Jack Ma quitte le navire

L'action s'inscrit ainsi au-dessus du prix maximum de 188 HKD qu'Alibaba avait annoncé mi-novembre lors du lancement de l'opération. Au final, le groupe devrait pouvoir lever aisément près de 10 milliards d'euros. Il dispose d'une option de sur-allocation de 75 millions de titres qu'il peut exercer dans un délai d'un mois. Le mastodonte chinois avait déjà réalisé en 2014 à Wall Street la plus grosse introduction en Bourse de tous les temps, en récoltant 25 milliards de dollars. A Hong Kong, son opération est la plus grosse depuis 2010, même si le montant final sera en retrait par rapport aux 20 milliards de dollars US évoqués par les médias spécialisés en milieu d'année.

Alibaba avait prévu d'entrer sur la place asiatique l'été dernier mais avait remis son projet à plus tard en raison de la guerre commerciale sino-américaine

(...) Cliquez ici pour voir la suite