La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2167
    +0,0098 (+0,82 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    48 196,74
    +1 568,07 (+3,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0098 (+0,70 %)
     

Alfa Romeo Giulia 280 Veloce: une séductrice italienne pas assez expressive

·2 min de lecture

ESSAI AUTO DU WEEK-END - En 280 chevaux, la magnifique et sensuelle Giulia est une charmeuse née. Quelle sensualité, quel chic ! Mais ce n'est pas la meilleure version. Elle est trop avare en sensations mécaniques et la raideur de la monte pneumatique déçoit.

L’italianissime marque plus que centenaire est devenue en janvier dernier l’un des quatorze labels de Stellantis, né de la fusion entre PSA et Fiat Chrysler. Mieux : Alfa Romeo est aujourd’hui dirigé par un Français, Jean-Philippe Imparato ! Fort de son expérience à la tête de Peugeot (jusqu’à fin 2020), cet Italien d’origine dont le père accumula les Alfa historiques aura fort à faire pour redorer le blason des Visconti, tombé en déshérence. Après une histoire chaotique, la firme milanaise (à l’origine) a vendu moins de 60.000 voitures à peine l’an dernier. Dérisoire ! Et la Giulia, qui a repris en 2016 le nom de sa célèbre devancière de 1962, n’a pas changé grand-chose. A elle seule, cette superbe berline ne pouvait en effet contrecarrer l’énorme passif attaché aux Alfa : mauvaise réputation de qualité et de fiabilité, réseau après-vente faible et médiocre, offre de modèles réduite par manque d’investissements…

Quelle ligne, quel habitacle raffiné !

Pourtant, les faibles scores de cette Giulia sont terriblement injustes. Car les hédonistes - si, si, il en reste - ne peuvent que tomber amoureux d’une auto objectivement réussie. Et quel plaisir de la retrouver, cette fois en version Veloce de 280 chevaux ! Les lignes aussi simples que sensuelles, bien proportionnées, d’une rare élégance, sont un hommage à la classique Carrozzeria transalpine. On regrettera juste une certaine banalité de trois-quarts arrière, l’angle le moins réussi. Mais, quand même, quel coup de crayon ! A l’opposé des dessins laborieux, boursoufflés, surchargés et vulgaires de la concurrence, y compris germanique ! Cinq ans déjà et pas la moindre ride. L'authenticité est sauvegardée avec la calandre typique et la plaque minéralogique décalée qui ravissent les amateurs.

L'intérieur est tout aussi séduisant. Ah, on est loin là aussi des rivales qui paraissent conçues autour d’un immense écran central ! On est dans la tradition un brin désuète. La planche de bord aux courbes douces exhale une chale[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi