La bourse ferme dans 4 h 53 min
  • CAC 40

    5 890,28
    +95,32 (+1,64 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 413,43
    +53,60 (+1,60 %)
     
  • Dow Jones

    30 967,82
    -129,44 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,0221
    -0,0049 (-0,48 %)
     
  • Gold future

    1 759,50
    -4,40 (-0,25 %)
     
  • BTC-EUR

    19 742,14
    +241,52 (+1,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    437,48
    -2,55 (-0,58 %)
     
  • Pétrole WTI

    99,84
    +0,34 (+0,34 %)
     
  • DAX

    12 580,11
    +178,91 (+1,44 %)
     
  • FTSE 100

    7 138,31
    +112,84 (+1,61 %)
     
  • Nasdaq

    11 322,24
    +194,39 (+1,75 %)
     
  • S&P 500

    3 831,39
    +6,06 (+0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    26 107,65
    -315,82 (-1,20 %)
     
  • HANG SENG

    21 586,66
    -266,41 (-1,22 %)
     
  • GBP/USD

    1,1934
    -0,0018 (-0,15 %)
     

Alerte, les entreprises commencent à vouloir moins embaucher

GRAPHIQUE - Selon le baromètre Opinionway, BDO, Challenges, les intentions d'embauches sont en nette baisse depuis le début de l'année. Un phénomène lié à la dégradations de la situation économique mais aussi à la difficulté à embaucher.

Alors que l’OFCE vient de revoir de 4,2% à 2,7% ses prévisions de croissance 2022 pour la France, les inquiétudes sur l’avenir de l’économie pèsent sur le moral patronal. Les derniers chiffres de l'INSEE ne sont d'ailleurs pas rassurants. Le produit intérieur brut (PIB) s’est contracté de 0,2% au premier trimestre. En parallèle, la consommation des ménages a de nouveau baissé en avril, de 0,4%. elle, est désormais perchée à un rythme annuel de 5,2%.

Taux d'emploi au plus haut

Coté marché du travail, c'est beaucoup mieux. A 7,3%, le reste toujours en très net retrait par rapport à son niveau d'avant crise du Covid (8,2%). Le taux d'emploi, lui est au plus haut depuis 1975.

Dégradation des intentions d'embauches

La situation commence un peu à se dégrader quand on observe les intentions d’embauches de l’échantillon de PME et ETI du. Elles sont passées de 26% à 18% depuis janvier. C’est bien l’inflation qui préoccupe le plus les dirigeants d’entreprises, mais le phénomène de la "grande démission" fait son entrée dans leurs préoccupations des douze prochains mois. Pour attirer, retenir les talents et s’adapter à un environnement mouvant, 13% des patrons ont décidé de mettre la transformation de leurs organisations en tête de leurs priorités.

Moral bien en dessous de l'avant Covid

Concernant le moral patronal, il s’améliore un peu, avec une progression en un mois de 45% à 50% de la confiance en l’économie française. Mais on reste très loin du niveau de fin 2021 (84%) et de celui pré-Covid (74%). L’international inquiète 73% des dirigeants et les thématiques environnementales sont en net retrait dans leurs stratégies. Ils ne sont plus que 4% à les considérer prioritaires, contre 9% le mois précédent.

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles