Alcatel-Lucent : le directeur général part après un nouvel exercice déficitaire

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation
BELI.PA29,850,13
ALU.PA2,930,02

Chaque publication d'Alcatel (Paris: FR0000130007 - actualité) -Lucent est attendue avec impatience par les investisseurs, qui se demandent si, enfin, le groupe va sortir de l'ornière. L'annonce du jour ne déroge pas à la règle et risque d'alimenter les débats. La principale information n'est pas d'ordre financier : il s'agit de la démission du directeur général Ben Verwaayen, qui quittera son poste "dès que la transition avec son successeur sera finalisée". Celui qui aura la lourde tâche de lui succéder n'est pas encore connu, mais le conseil d'administration a précisé qu'il examinera des candidatures internes et externes, sous la houlette de Philippe Camus, Louis R. Hughes, Jean C. Monty et Jean-Cyril Spinetta. Ben Verwaayen a expliqué Ben Verwaayen a commenté qu'Alcatel-Lucent est "une énorme partie" de sa vie et que sa décision a été "difficile". "Mais il est clair que le temps est venu pour le conseil de chercher un nouveau leader pour mener l`entreprise vers le succès", a-t-il ajouté, avant d'assurer "la combinaison de notre refinancement et de la mise en oeuvre de notre plan de transformation mettra l`entreprise dans une situation favorable pour le successeur que le Conseil souhaitera nommer".

Encore une dépréciation d'envergure

Côté chiffres, le 4ème trimestre 2012 du groupe est marqué par une sévère dépréciation d'actifs de 1,408 milliard d'euros, qui entraîne le résultat net en perte de -1,372 milliard d'euros. Les revenus ont reculé de -1,3% en glissement annuel, à 4,096 milliards d'euros, pour une marge brute ajustée de 30,4% (34,4% un an avant) et un résultat d'exploitation ajusté de 117 millions d'euros (279 millions d'euros un an avant). La trésorerie opérationnelle a atteint 702 millions d'euros, et la trésorerie nette reste positive à 126 millions d'euros. Sur l'année entière, Alcatel a généré 14,446 milliards d'euros de chiffre d'affaires (-5,7%), une marge brute ajustée de 30,1%, une perte d'exploitation ajustée de -260 millions d'euros et une perte nette de -1,374 milliard d'euros. Le (Paris: FR0000072399 - actualité) free cash flow a atteint 355 millions d'euros au 4ème trimestre.

Dans le détail, la perte nette du 4ème trimestre comprend 247 millions d'euros de charges de restructuration et une perte de valeur sur actifs de 894 millions d'euros résultant de la revue du test de dépréciation effectué à la fin du quatrième trimestre 2012. Elle inclut aussi une charge de 514 millions d'euros d'impôts différés. Le déficit de financement des retraites et autres régimes postérieurs à l'emploi est de -1,308 milliard d'euros à fin décembre, par rapport à un déficit de -1,961 milliard d'euros au 30 septembre 2012. Sans surprise, il n'y aura pas de dividende au titre de 2012.

Une visibilité encore réduite

L'équipementier précise qu'il a terminé l'exercice en avance sur son plan de réductions des coûts, avec près de 650 millions d'euros d'économies réalisées, et que son carnet de commandes est en hausse. En parallèle, il rappelle avoir obtenu un financement de 2 milliards d'euros qui va allonger l'échéancier de la dette et "stabiliser" le bilan. "Tout au long de 2013, nous resterons concentrés sur la réalisation du Programme Performance. Nous allons consacrer nos ressources aux clients dont nous sommes de vrais partenaires, et aux produits qui peuvent apporter une rentabilité économique pour nos actionnaires", a souligné Ben Verwaayen.

Le groupe n'a pas formulé d'indications précises sur 2013 et n'a pas fourni la teneur exacte de son carnet de commandes.