La bourse est fermée

Airbus va supprimer plus de 2.000 postes dans sa branche défense et spatial

Si Airbus a enregistré des commandes record en 2019 pour ses avions de ligne, ses activités spatiale et de défense font grise mine. Le constructeur européen a annoncé mercredi 19 février la suppression de 2.362 postes dans sa division spécialisée. Lors d'un comité d'entreprise européen, Airbus Defense and Space (Airbus DS) a indiqué qu'il engageait une "restructuration" et entendait supprimer 829 postes en Allemagne, 630 en Espagne, 404 en France, 357 au Royaume-Uni et 142 dans d'autres pays, affirme le groupe dans un communiqué.

Les modalités de ces suppressions de postes (éventuelles mesure d'âge, réorganisation interne ou plan de départ) "feront l'objet des discussions à venir avec les organisations représentatives", selon une source proche du dossier. "Airbus Defence and Space s'engage à fournir des précisions sur ses intentions et à poursuivre un dialogue constructif avec les représentants du personnel", ajoute le groupe. A ces mesures viendront s'ajouter "un programme de rentabilité renforcé" et des "mesures visant à augmenter la compétitivité à long terme".

>> A lire aussi - Défense : un “Airbus du naval” indispensable pour résister à la Chine, la Russie et la Corée ?

Malgré des perspectives commerciales qui "demeurent solides", "la division enregistre un ratio commandes nettes/livraisons inférieur à 1 pour la troisième année consécutive, principalement en raison de l'atonie du marché spatial et du report de plusieurs contrats de défense, rendant ces mesures nécessaires", justifie-t-il. Les activités spatiale et de défense ont affiché 8,5 milliards d'euros de prises de commandes en 2019 et la division, qui représente 15% du chiffre d'affaires du groupe, a enregistré une perte opérationnelle de 881 millions d'euros. Son carnet de commandes s'élève à 32,3 milliards d'euros, en baisse de 9% par rapport à 2018. "Nos prises de commandes en 2019 ont été soutenues principalement par un contrat de services de 400 millions d'euros et des contrats clés dans le domaine spatial",

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Calais, une ville qui aime dilapider ses subventions
Coronavirus : vos envois postaux suspendus vers la Chine
Twitter : attention aux "publicités Jean-Pierre Pernaut" qui tentent de vous arnaquer
Comment vendre un immeuble de plusieurs appartements en location reçu en héritage ?
Les députés disent non à un salaire minimum pour rémunérer leur collaborateurs