Marchés français ouverture 8 h 42 min
  • Dow Jones

    28 308,79
    +113,37 (+0,40 %)
     
  • Nasdaq

    11 516,49
    +37,61 (+0,33 %)
     
  • Nikkei 225

    23 567,04
    -104,09 (-0,44 %)
     
  • EUR/USD

    1,1832
    +0,0059 (+0,50 %)
     
  • HANG SENG

    24 569,54
    +27,28 (+0,11 %)
     
  • BTC-EUR

    10 093,46
    +697,99 (+7,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    239,54
    +0,62 (+0,26 %)
     
  • S&P 500

    3 443,12
    +16,20 (+0,47 %)
     

Airbus: les bonnes performances de 2019 plombées par les amendes et les retards de l'A400M

·2 min de lecture

Airbus a annoncé jeudi une perte nette de 1,36 milliard d'euros en 2019, affectée notamment par des amendes de 3,6 milliards dans une affaire de corruption et une nouvelle charge de 1,2 milliard sur le programme d'avion de transport militaire A400M.

En excluant ses éléments exceptionnels, l'avionneur européen enregistre un bénéfice opérationnel ajusté de 6,9 milliards d'euros, a-t-il souligné dans un communiqué. 

Ces résultats "reflètent les accords finaux conclus avec les autorités pour clore les enquêtes de compliance (conformité, NDLR), ainsi qu'une charge liée à la révision de nos prévisions de contrats d'export pour l'A400M", affirme le président exécutif d'Airbus Guillaume Faury, cité dans le communiqué.

Airbus a conclu le 31 janvier un accord avec les autorités judiciaires française, britannique et américaine pour éviter des poursuites dans une affaire de corruption en marge de la conclusion de contrats, au prix d'amendes totalisant 3,598 milliards d'euros.

Les poids de l'arrêt de l'A380

L'avionneur, qui a livré quatorze A400M en 2019 "conformément au dernier échéancier de livraisons", indique avoir franchi "plusieurs jalons clés vers la pleine capacité opérationnelle de l'avion" au développement chaotique, avec notamment le largage simultané de parachutistes et des premiers essais "secs" de ravitaillement en vol d'hélicoptères.

Airbus enregistre toutefois une charge de 1,2 milliard d'euros sur ce programme car...

Lire la suite sur BFM Business

A lire aussi