La bourse ferme dans 24 min
  • CAC 40

    4 736,08
    -80,04 (-1,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 074,24
    -31,01 (-1,00 %)
     
  • Dow Jones

    27 644,95
    -40,43 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,1840
    +0,0027 (+0,22 %)
     
  • Gold future

    1 910,70
    +5,00 (+0,26 %)
     
  • BTC-EUR

    11 476,65
    +377,30 (+3,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    269,79
    +8,50 (+3,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    39,49
    +0,93 (+2,41 %)
     
  • DAX

    12 067,55
    -109,63 (-0,90 %)
     
  • FTSE 100

    5 733,05
    -58,96 (-1,02 %)
     
  • Nasdaq

    11 447,28
    +88,34 (+0,78 %)
     
  • S&P 500

    3 406,22
    +5,25 (+0,15 %)
     
  • Nikkei 225

    23 485,80
    -8,54 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    24 787,19
    -131,59 (-0,53 %)
     
  • GBP/USD

    1,3070
    +0,0049 (+0,38 %)
     

Airbus et Thales remportent de gros contrats pour des missions vers la Lune et Mars

·2 min de lecture

L'agence spatiale européenne (ESA) a octroyé plusieurs contrats aux industriels européens pour développer des équipements destinés aux futures missions d'exploration de la Lune et de Mars, a-t-on appris mercredi 14 octobre de sources concordantes. La participation européenne au programme lunaire américain Artemis, qui doit entraîner le retour sur la Lune en 2024, se concrétise notamment par la signature d'un contrat avec Airbus pour la construction du troisième module de service européen du véhicule spatial américain Orion, a annoncé l'ESA dans un communiqué en marge du 71ème Congrès astronautique international, tenu virtuellement.

Le constructeur européen se voit également attribuer le développement d'un projet d'atterrisseur lunaire, EL3. Lancé par Ariane 6, il sera chargé de transporter "jusqu'à 1,7 tonne de fret vers n'importe quel endroit de la surface lunaire", selon Airbus. Trois à cinq missions sont prévues par l'ESA. Le projet lunaire prévoit également la construction d'une station spatiale, la "Lunar Gateway". Les Etats-Unis prévoient d'assembler la Gateway, qui orbitera autour de la Lune, à partir de 2023. Elle servira de laboratoire et de point d'étape pour les astronautes en route vers la Lune.

Plus petite que la station spatiale internationale (ISS), elle n'a pas vocation à être occupée de façon permanente mais pourra accueillir jusqu'à 4 astronautes. Boudé par la Russie, le projet fait l'objet d'un partenariat entre Américains, Européens, Canadiens et Japonais. Thales Alenia Space (TAS), spécialisé dans les modules spatiaux pressurisés, a été chargé de développer le module d'habitation I-HAB de cette station.

La première tranche du contrat signé par l'ESA pour ce module s'élève à 36 millions d'euros pour un montant global de 327 millions, précise la société commune entre le français Thales et l'italien Leonardo dans un communiqué. TAS est également chargé de la conception du module Esprit de communication et de ravitaillement de la future station. Le contrat, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Action teste un nouveau type de magasin, deux fois plus grand
Face aux difficultés de Mediapro, la LFP pourrait se tourner vers une autre chaîne pour diffuser la Ligue 1
Le label du groupe de K-pop BTS devient un poids lourd de la Bourse coréenne à peine introduit
Les masques vendus en supermarchés protègent (un peu) moins bien que ceux des pharmacies
Mediapro se met sous la protection du tribunal de commerce, laissant craindre le pire pour le foot français