Publicité

Airbus dame le pion à Boeing, mais le géant du CAC 40 cale : le conseil Bourse

Christian Charisius/picture alliance via Getty Images

Airbus a subi un trou d’air dernièrement à la Bourse de Paris. Le fabricant d’avions européen, un des poids lourds du CAC 40, a en effet été plombé par des coûts exceptionnels liés aux satellites au troisième trimestre 2023. Des charges qui ont pesé sur l’activité espace et défense. La division défense et espace a été plombée par une charge exceptionnelle de 400 millions d'euros du fait de la réévaluation des coûts et des risques, des opportunités et de la compétitivité des projets existants et en cours de développement, explique AlphaValue, qui ajoute que le chiffre d’affaires de la branche hélicoptères a déçu.

Les chiffres d’activité et de rentabilité d’Airbus sont ainsi ressortis inférieurs aux attentes moyennes des analystes financiers. Pour autant, même si le résultat d’exploitation d’Airbus est moins bon que prévu, il a tout de même bondi de 21% sur un an, permettant ainsi au géant européen de continuer à tenir la dragée haute à Boeing. Alors que les résultats du grand concurrent américain ont accusé une perte d’exploitation du fait d’un nouveau défaut de fabrication sur les 737MAX, il se voit ainsi de plus en plus distancé par Airbus, souligne eToro.

De plus, l’activité d’avions commerciaux d’Airbus se porte quant à elle plutôt bien, les comptes reflétant la remontée de la demande et de la production d'avions commerciaux, souligne eToro, qui évoque une «performance remarquable en dépit du choc du Covid-19». Alphavalue note de son côté la «reprise continue du marché des gros (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Rachat du BHV : qui est Frédéric Merlin, le nouveau propriétaire du grand magasin parisien ?
Fin des vols Air France à Orly : «On souhaite que la direction revienne sur sa décision»
Paris : c'est officiel, les Galeries Lafayette se séparent du grand magasin BHV
En difficulté, le discounter Supeco tire la langue
Sanofi : 1% des médicaments en rupture, le géant de la santé cherche à rassurer sur les pénuries