La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 611,69
    -69,45 (-1,22 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 599,55
    -41,82 (-1,15 %)
     
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2085
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 827,70
    -23,70 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    29 777,44
    +802,18 (+2,77 %)
     
  • CMC Crypto 200

    701,93
    -33,21 (-4,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,04
    -1,53 (-2,86 %)
     
  • DAX

    13 787,73
    -137,37 (-0,99 %)
     
  • FTSE 100

    6 735,71
    -66,25 (-0,97 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 519,18
    -179,12 (-0,62 %)
     
  • HANG SENG

    28 573,86
    +76,96 (+0,27 %)
     
  • GBP/USD

    1,3583
    -0,0108 (-0,79 %)
     

Airbus: les États-Unis continuent leurs surtaxes sur les produits européens

·2 min de lecture

Bruno Le Maire prend note de la décision des États-Unis de s'abstenir d'imposer de nouveaux droits de douanes dans le cadre du litige entre Airbus et Boeing. Mais le ministre français de l'Économie n'exclut pas une riposte européenne si les sanctions persistent.

Peu de changements sont survenus dans les sanctions commerciales américaines alors que les Européens espéraient un apaisement. Les États-Unis maintiennent leurs surtaxes sur un total de 7 milliards et demi d'importation. C'est le montant qui a été autorisé en 2019 par l'Organisation mondiale du commerce. La sanction la plus lourde jamais imposée par l'OMC dans le cadre d'un conflit de longue date sur les aides publiques octroyées à Airbus.

Les États-Unis vont taxer plus les produits français et allemands

Les taxes restent à 15% pour les avions et 25% pour les autres produits, notamment pour les vins français.

Ce qui change en partie, c'est la liste des marchandises concernées à partir du 1er septembre, certains produits grecs et britanniques en seront retirés, mais pas le whisky écossais. Washington compensera en surtaxant des produits français et allemands pour un montant équivalent. Un quasi statu quo qui, s'il s'éternisait, pourrait donc conduire les Européens à riposter selon le ministre français de l'Économie.

Le mois dernier Airbus avait annoncé s'être mis en conformité avec les règles de l'OMC. L'Union européenne avait alors estimé que cela devait conduire les États-Unis à lever immédiatement leurs représailles.

►À lire aussi : Guerre commerciale avec Boeing: Airbus et l’Union européenne entre apaisement et menace

Mais voilà, Washington ne s'est pas laissé convaincre. La Commission européenne ne souhaite pour l'instant pas exacerber le différend. Mais en septembre ou octobre, l'OMC devrait décider si elle autorise l'Union européenne à imposer elle aussi des droits de douane en réponse à des subventions versées cette fois par les États-Unis à Boeing.