Marchés français ouverture 22 min

Comment Airbnb tisse inexorablement sa toile

Le pionnier de l’hébergement collaboratif se rêve en numéro 1 mondial du tourisme. Si les historiques du secteur s’affolent, beaucoup d’autres se frottent les mains.

Mobilier, disques, posters… même les livres sur les étagères sont identiques aux originaux. Au siège d’Airbnb à San Francisco, l’appartement de Rausch Street, dans lequel Brian Chesky, Nathan Blecharczyk et Joe Gebbia ont loué leur premier matelas gonflable (d’où le Air) à un touriste pour payer leur loyer, a été reconstitué dans les moindres détails. "Pour ne pas oublier d’où l’on vient", relève Nathan. Il faut dire que le succès supersonique de leur plateforme de location entre particuliers pourrait facilement effacer ses débuts.

En dix ans, bousculant l’industrie hôtelière et les historiques du tourisme, ces trois trentenaires toujours aux manettes ont fait d’Airbnb le plus gros hébergeur mondial avec 4,5 millions de logements et 100 millions de clients par an, dont 12 millions en France, deuxième marché derrière les Etats-Unis. Les comptes de cette société non cotée sont secrets mais, selon plusieurs experts du secteur, les commissions perçues sur les loueurs (3%) et sur les touristes (6 à 12%) lui auraient assuré l’an dernier un chiffre d’affaires de 2,8 milliards de dollars et un résultat opérationnel de 450 millions. Une rentabilité qui lui a permis de se constituer un véritable trésor de guerre : sur les 3 milliards de dollars levés ces dernières années auprès d’investisseurs, seuls 300 millions auraient été dépensés.

>> A lire aussi - Location de vacances : Airbnb, Abritel, Gites de France... quel site choisir ?

Car, contrairement à Amazon, encore largement déficitaire à l’international, ou à Uber, véritable machine à brûler du cash, Airbnb a vite trouvé un business model efficace. D’un côté, ses prix imbattables – en moyenne 30% moins élevés qu’un hôtel –, son choix infini de (...) Cliquez ici pour voir la suite