La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 788,74
    +190,82 (+0,57 %)
     
  • Nasdaq

    11 051,62
    +93,07 (+0,85 %)
     
  • Nikkei 225

    27 574,43
    -111,97 (-0,40 %)
     
  • EUR/USD

    1,0547
    +0,0033 (+0,32 %)
     
  • HANG SENG

    19 450,23
    +635,41 (+3,38 %)
     
  • BTC-EUR

    16 072,58
    +11,10 (+0,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    398,72
    +4,04 (+1,02 %)
     
  • S&P 500

    3 957,77
    +23,85 (+0,61 %)
     

Airbnb : un propriétaire écope d'une lourde amende pour avoir loué son logement parisien illégalement

TeroVesalainen/Pixabay

La ville de Paris ne plaisante pas avec les locations sur Airbnb. Très encadrées, elles sont scrutées de près et donnent lieu de plus en plus à des poursuites judiciaires lorsque la réglementation n'est pas appliquée. Dernière en date, relaie Le Parisien, celle d'un propriétaire parisien d'un appartement dans le VIIe arrondissement, et d'une conciergerie à laquelle il était associé (il y détenait des parts sociales). Pour rappel, tout propriétaire parisien doit depuis 2018 spécifier le caractère du logement mis en location, qu'il soit une résidence principale, une secondaire ou un hébergement non résidentiel.

Or, dans ce cas précis, la mairie de Paris reprochait au propriétaire d'avoir loué son bien en tant que résidence secondaire sans déclarer le nombre de jours loués par an, ni avoir obtenu son changement d'usage. En effet, dans la capitale, "tout mètre carré transformé en meublé touristique doit être compensé", expliquait déjà dans Le Parisien, l'année passée, Ian Brossat, adjoint à la mairie de Paris en charge du logement. Dans les faits, si un propriétaire met en location un bien, il doit transformer un local de la surface équivalente en logement (et même doubler la surface en cas de zone en tension).

Selon la justice, le propriétaire n'aurait pas respecté cette règle pendant trois ans et demi et aurait touché plus de 57.000 euros de revenus supplémentaires. De son côté, l'homme nie toute résidence secondaire, et mettait en avant une résidence principale. Des explications (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Rénovation énergétique : un nouveau prêt à taux zéro couplé à MaPrimeRénov'
Bailleurs, une nouvelle carotte fiscale pour vous inciter à rénover vos passoires thermiques
Crédit immobilier : pourquoi le prêt de votre PEL n’est pas (encore) un bon plan
Vente immobilière : que signifie "DPE non fourni" ou "non soumis à DPE" sur une annonce ?
Logement : l’heureuse initiative de la présidente de l’Assemblée nationale