La bourse est fermée

Airbnb : l'effroyable récit du propriétaire d'un appartement saccagé

Draps ensanglantés, mobilier saccagé... C'est un chaos à peine croyable que retrouve un propriétaire parisien après avoir mis son bien en location sur la plateforme Airbnb. Parfois le rêve de gain financier facile se transforme en cauchemar à la restitution des clés pour les propriétaires. Comme il le confie à France 2, ce propriétaire parisien avait proposé à la location son appartement d'une quarantaine de mètres carrés il y a deux ans, du 26 au 29 août. "J'ai été appelé dans la nuit du 28 au 29 par la voisine qui m'a appelé en urgence parce qu'elle avait entendu des bruits, des cris, des bruits de destruction. Je suis venu en catastrophe et j'ai découvert l'appartement totalement ravagé", explique celui qui préfère rester anonyme.

À son arrivée, il découvre son appartement dans un état catastrophique. Les murs, le sol, le plafond et le mobilier avaient été totalement saccagés. La télévision, complètement détruite, est retrouvée sur le lit. Une scène de chaos à peine croyable puisque même les portes de l'appartement ont été défoncées et certaines prises électriques arrachées des murs. En plus du mobilier cassé, la saleté est omniprésente dans l'appartement. Des traces de sang et des sous-vêtements sont retrouvés sur le lit. En réalité, l'appartement avait abrité des prostituée.

>> Lire aussi - Airbnb : croyant louer sa maison à un petit couple, il la retrouve avec 54.000 euros de dégâts

"On ose toucher à rien, on a envie de se désinfecter quand on sort de l'appartement", confie à France 2 le propriétaire. Ce dernier contacte dès le lendemain Airbnb afin de demander réparation, comme le promet la garantie hôte de la plateforme. "La garantie d'hôte d'Airbnb offre une protection gratuite à hauteur de 800.000 euros de dommages matériel pour chaque réservation" selon le site. Pourtant, face à l'absence d'interlocuteur et la masse de documents, le propriétaire se retrouve démuni.

Il a porté plainte contre Airbnb

Les assurances habitation classiques ne prennent pas en compte

(...) Cliquez ici pour voir la suite