Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    41 161,88
    +207,40 (+0,51 %)
     
  • Nasdaq

    18 046,88
    -462,46 (-2,50 %)
     
  • Nikkei 225

    41 097,69
    -177,39 (-0,43 %)
     
  • EUR/USD

    1,0935
    +0,0032 (+0,30 %)
     
  • HANG SENG

    17 739,41
    +11,43 (+0,06 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 161,80
    -358,03 (-0,60 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 346,81
    +4,48 (+0,33 %)
     
  • S&P 500

    5 598,73
    -68,47 (-1,21 %)
     

Airbag : BMW rappelle 20 000 voitures

BMW

Le scandale des airbags Takata secoue l’industrie automobile depuis des années déjà. C’est au début des années 2010 qu’il a été révélé au public pour la première fois. Takata Corporation était un fabricant japonais d'airbags utilisés par de nombreux constructeurs automobiles. Honda, Toyota, Ford, BMW, Volkswagen : la plupart des marques ont fait appel à ce fabricant pour un ou plusieurs de leurs modèles. Mais au fil des années, des défaillances récurrentes sont apparues… Le problème majeur provenait d'un propulseur à base d'azoture d'ammonium, utilisé pour gonfler les sacs d'air en cas de collision. Ce composé chimique pouvait se dégrader avec le temps, en particulier dans des conditions de chaleur et d'humidité élevées. Cette dégradation pouvait provoquer une explosion excessive de l'airbag lors de son déploiement, entraînant la projection de fragments métalliques à grande vitesse à travers l'habitacle.

Des millions de véhicules rappelés partout dans le monde depuis 10 ans

En raison de la gravité du problème, de nombreux constructeurs automobiles ont dû rappeler des millions de véhicules équipés d'airbags Takata. Ils ont eu lieu dans le monde entier. Takata a plaidé coupable de fraude et de conspiration en 2017 et a accepté de payer des amendes considérables. Plusieurs constructeurs automobiles ont quant à eux été impliqués dans des poursuites judiciaires et ont dû payer des indemnisations aux victimes. Takata a fait faillite en 2018. Pourtant, 5 ans après, leurs airbags continuent de défrayer la chronique. C’est...Lire la suite sur Autoplus