La bourse est fermée

Air France teste à l'aéroport de Toulouse un tracteur à bagages sans chauffeur

latribune.fr

Le véhicule qui s'élance sur les pistes ressemble à s'y méprendre à n'importe quel tracteur à bagages. À un rond-point, il croise un autre tracteur et prend le temps de s'arrêter avant de repartir. Sauf que dans le véhicule, il n'y a aucun pilote à l'horizon. Depuis la mi-novembre, l'aéroport de Toulouse teste le tracteur à bagages AT135 conçu par la société Charlatte Autonom.

Un test à proximité des avions d'Air France

Dans un premier temps, pas question d'approcher de trop près l'avion.

"Le véhicule circule depuis les galeries bagages du hall d'embarquement. Un opérateur de manutention renseigne sur une tablette tactile le point de parking où l'engin est attendu. Le véhicule s'approche mais ne franchit pas la zone avion. C'est un opérateur qui reprend le volant pour se garer sous l'appareil", décrit Bastien Devaux, président de Charlatte Autonom.

tracteur a bagages autonome

Le tracteur sans chauffeur approche des avions d'Air France (Crédits : Rémi Benoit).

Des précautions imposées par la réglementation : un engin bardé de capteurs n'a pas le droit aujourd'hui d'être trop près d'un avion, par crainte d'interférences. Si les parcours demandés au tracteur sont préenregistrés, le véhicule s'appuie sur toute une série de capteurs pour s'adapter à l'environnement : des lidar (détection de la distance, ndlr), un GPS pour se repérer mais aussi un capteur d'inertie.

Quelques dizaines d'incidents par an

La promesse de la technologie est de réduire les accidents sur les pistes. Philippe Crébassa, président du directoire de l'aéroport de Toulouse, les estime à "quelques dizaines par an" : "Mais ce chiffre comptabilise aussi bien les collisions d'engins qu'un véhicule dépassant la vitesse autorisée", précise-t-il.

Jusqu'à la fin

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr


Les véhicules autonomes d'EasyMile sillonnent Francazal. Reportage.