Marchés français ouverture 6 h 2 min
  • Dow Jones

    33 821,30
    -256,33 (-0,75 %)
     
  • Nasdaq

    13 786,27
    -128,50 (-0,92 %)
     
  • Nikkei 225

    28 700,67
    -399,71 (-1,37 %)
     
  • EUR/USD

    1,2038
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    29 135,73
    +29,58 (+0,10 %)
     
  • BTC-EUR

    46 387,52
    -198,14 (-0,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 273,34
    +38,93 (+3,15 %)
     
  • S&P 500

    4 134,94
    -28,32 (-0,68 %)
     

Air France prête à remettre les gaz avec 4 milliards en poche

·2 min de lecture

Avec 4 milliards d'euros de nouvelle aide publique, Air France pourra remettre les gaz plus sereinement au moment de la reprise.

Benjamin Smith peut souffler. le gouvernement français vole une nouvelle fois à sa rescousse. Les discussions sur les conditions de la recapitalisation auront été longues et ardues, mais le flagship tricolore s’en tire plutôt bien : validée le 5 avril par le conseil d’administration du groupe, la solution négociée entre Paris et Bruxelles pour consolider ses fonds propres, aujourd’hui négatifs, sans contreparties trop douloureuses. "C’est un accord équilibré qui nous permet d’avancer plus sereinement sur la transformation de notre groupe", a d'ailleurs admis son directeur général au cours d’une conférence de presse ce mardi matin.

Un bilan plus solide

Sur le plan financier, l’opération va lui permettre de convertir son prêt de trois milliards d'euros accordé il y a un an dans le cadre du premier sauvetage de la compagnie, en instrument obligataire hybride perpétuel. Soit en quasi-fonds propres. Dans le même temps, l'Etat français va participer à une augmentation de capital d'un montant maximal d'1 milliard d'euros à laquelle souscrira également son actionnaire China Eastern, mais pas l'État néerlandais ni Delta Air Lines.

"Au final, cela permettra au groupe d’afficher un bilan plus solide et de financer plus aisément ses investissements, explique un analyste du secteur. A terme, il faudra sans doute remettre au pot, car le groupe aura besoin, d'un ou deux milliards d'euros supplémentaires. Mais pas avant 2023", rappelle-t-il. Car la trésorerie du groupe n’est pas en jeu. Fin février, celle-ci s’élevait à 8,8 milliards d’euros, a précisé Frédéric Gagey, le directeur financier.

9 allers-retours en moins à Orly

Par ailleurs, en échange de la montée au capital de l’Etat français au capital, juste sous la barre limite des 30% nécessitant de déclencher une OPA comme l’exige le droit boursier, Air France va devoir rétrocéder 18 créneaux horaires à l’aéroport saturé de Paris Orly, correspondant à 9 vols aller-retour par jour. par souci d’appliquer les mêmes règles que cel[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi