Marchés français ouverture 6 h 13 min

Air France-KLM : les négociations patinent entre la France et les Pays-Bas

1 / 2

En souffrance, KLM met à mal la solidité du groupe Air France-KLM

C’est une guerre froide qui dure depuis un an. Le 26 février 2019, l’Etat néerlandais faisait irruption chez Air France-KLM en annonçant avoir pris 12,68% de son capital pour 680 millions d’euros. Le lendemain, les Pays-Bas grimpaient à 14%, un niveau proche de celui de l'Etat français (14,3% des parts du groupe). Las de l’emprise d’Air France sur le groupe, les Néerlandais voulaient préserver l’indépendance de leur compagnie nationale.

Mais depuis, les négociations entre les deux Etats sont au point mort. "Rien n’avance", s’agace un dirigeant du groupe. Chacun campe sur ses positions. Le lundi 17 février, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a rencontré son homologue néerlandais Wopke Hoekstra pour tenter de trouver un compromis. "Nous leur avons fait une proposition mais eux n’en ont fait aucune" résume l’entourage de Bruno Le Maire qui assure rester "ouvert".

Bataille autour de la gouvernance de KLM

Lors du dernier conseil d’administration, mercredi 19 février, aucun accord n’a donc été trouvé. La présidente du groupe, Anne-Marie Couderc, espère parvenir à un compromis pour le prochain conseil, fin mars. "Elle s’impatiente et souhaite aboutir d’ici le séminaire stratégique prévu mi-avril", explique un de ses proches. Un accord semble toutefois difficile étant donné le bras de fer que se livrent les deux gouvernements. Contactée, la direction n’a pas souhaité faire de commentaires.

Concrètement, les...

Lire la suite sur BFM Business

A lire aussi