La bourse ferme dans 2 h 16 min
  • CAC 40

    6 178,49
    +9,08 (+0,15 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 974,85
    -3,99 (-0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 800,60
    +297,00 (+0,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,1913
    +0,0009 (+0,07 %)
     
  • Gold future

    1 740,10
    -4,70 (-0,27 %)
     
  • BTC-EUR

    50 842,45
    +377,96 (+0,75 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 293,83
    +66,29 (+5,40 %)
     
  • Pétrole WTI

    60,46
    +1,14 (+1,92 %)
     
  • DAX

    15 250,74
    +16,58 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    6 897,12
    -18,63 (-0,27 %)
     
  • Nasdaq

    13 900,19
    +70,89 (+0,51 %)
     
  • S&P 500

    4 128,80
    +31,63 (+0,77 %)
     
  • Nikkei 225

    29 538,73
    -229,33 (-0,77 %)
     
  • HANG SENG

    28 453,28
    -245,52 (-0,86 %)
     
  • GBP/USD

    1,3757
    +0,0052 (+0,38 %)
     

Air France : accord entre la France et l’UE « sur un nouveau soutien financier »

Source AFP
·1 min de lecture
Air France « devra faire des efforts de compétitivité », a indiqué Bruno Le Maire. (Illustration)
Air France « devra faire des efforts de compétitivité », a indiqué Bruno Le Maire. (Illustration)

« C'est une très bonne nouvelle pour Air France. » Le ministre français de l'Économie, Bruno Le Maire, a annoncé, dimanche 4 avril, qu'un « accord de principe » avait été trouvé avec la Commission européenne sur une nouvelle aide financière pour Air France, qui devra en échange abandonner « un certain nombre de créneaux » à l'aéroport d'Orly, lors d'une émission télévisée LCI/RTL/Le Figaro.

« Nous avons un accord de principe avec la commissaire européenne (chargée de la Concurrence) Margrethe Vestager sur un nouveau soutien financier à Air France », dont « le montant sera discuté avec Air France, il y aura demain un conseil d'administration d'Air France qui doit valider le principe de cet accord », a dit Bruno Le Maire. « C'est une très bonne nouvelle pour Air France et pour l'ensemble du secteur aérien français », a estimé le ministre, en évoquant une négociation « dure », « longue et difficile » qui a finalement abouti à « un bon accord » et en soulignant qu'Air France « devra faire des efforts de compétitivité ».

« Nous ne signons pas de chèque en blanc »

En contrepartie d'un soutien financier à Air France, la Commission européenne demandait que « nous abandonnions 24 créneaux horaires d'atterrissage et de décollage à Orly. Ma position depuis le début était de dire que c'était trop et que ça ne servait à rien de soutenir Air France d'un côté si c'était, de l'autre, pour valoriser excessivement la concurrence en demandant 24 créneaux aériens sur Orly », a e [...] Lire la suite