La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 641,02
    +377,54 (+1,29 %)
     
  • Nasdaq

    11 908,42
    +53,45 (+0,45 %)
     
  • Nikkei 225

    25 527,37
    -106,93 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1850
    -0,0013 (-0,11 %)
     
  • HANG SENG

    26 486,20
    +34,66 (+0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    15 541,34
    -11,73 (-0,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    364,22
    +2,79 (+0,77 %)
     
  • S&P 500

    3 583,12
    +25,58 (+0,72 %)
     

Une aile volante équipée de deux moteurs électriques qui atteint 300 km/h !

Louis Neveu, Journaliste
·2 min de lecture

Spectaculaire grâce à l’emport de caméras, le vol en wingsuit est également extrêmement dangereux. Il faut dire que la seule source d’énergie pour réaliser une ressource est la vitesse et celle-ci ne peut être obtenue qu'en chutant. Le vol en wingsuit engendre donc des résultats assez binaires avec au final la réussite ou le crash fatal. Chaque année, des accidents mortels ont lieu et pour donner un peu plus de marge de manœuvre, le cascadeur Peter Salzmann cherchait à mettre au point un système de propulsion adapté à ce type de vol. Il existe, certes, le puissant jetpack en carbone de « Jetman » doté de véritables turbines et de véritables ailes, mais il est énergivore et inaccessible aux amateurs de ce sport extrême.

C’est avec le studio BMW Designworks qu’il a ajouté un accessoire doté de deux rotors d’environ 13 cm chacun et pouvant tourner jusqu’à 25.000 tours par minute. Encapsulés dans des mini-tuyères ces moteurs électriques sont capables d’assurer des poussées représentant l’équivalent de 20 ch (15 kW) chacun, avec une autonomie limitée à environ cinq minutes. Le système, assez imposant, est placé sur la poitrine. Le pilote dispose d’une télécommande pour lancer la propulsion et d'un régulateur pour appliquer la puissance nécessaire. Il est également possible de jouer sur la vélocité de l’un ou l’autre moteur pour changer de direction. Le gros souci de cet équipement reste son poids.

Sur cette vidéo, le cascadeur Peter Salzmann a pu tester avec succès son dispositif motorisé dans les Alpes autrichiennes. © BMW

300 km/h de vitesse de pointe

Il faut beaucoup d’énergie et de force pour pouvoir manœuvrer cet ensemble, par rapport à une wingsuit ordinaire. Et surtout, avec cette masse supplémentaire, la finesse du vol dégringole avec une perte d’altitude d’un mètre tous les trois mètres parcourus à l’horizontal, par rapport à une wingsuit classique. En revanche, la vitesse dépasse les 100 km/h et culmine à 300 km/h à plein régime. Il est alors possible de...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura