La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +20,00 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    40 550,57
    +137,82 (+0,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +1,69 (+2,65 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4102
    +0,0050 (+0,36 %)
     

Aides à domicile : cette augmentation qui fait grincer des dents le secteur privé

·1 min de lecture

Le secteur associatif qui rit et le privé qui pleure. L’annonce du ministère chargé de l’Autonomie, le 1er avril dernier, de revaloriser de 15% le salaire des aides à domicile est loin de faire l’unanimité. La raison ? Cette augmentation ne concerne que les professionnels exerçant au sein d’une structure associative. Dans un communiqué commun, publié le 8 avril, trois fédérations du secteur privé (la Fédésap, la Fesp et le Synerpa domicile) regrettent que cette augmentation “laisse sur le côté près de la moitié des aides à domicile”. Ils appellent à une revalorisation des salaires de tous les professionnels. Les explications avec Antoine Grézaud, directeur général de la Fédération du service aux particuliers (Fesp).

Capital : Vous demandez des revalorisations pour l’ensemble des aides à domicile, mais l’Etat ne peut pas abonder pour le secteur privé ?

Antoine Grézaud : Dans la mesure où l’Etat a accepté la revalorisation des salaires et a mis le financement pour que cette augmentation de salaire de 15% puisse se faire, c’est donc l’Etat qui va financer cette hausse dans le secteur associatif. Ce dispositif n’existe pas pour le privé. Donc une personne qui fait le même métier avec les mêmes compétences sera payée 15% de plus dans une association que dans une entreprise privée. Nous dénonçons une rupture d’égalité au détriment des entreprises. Ces métiers sont en tension et nous avons du mal à recruter. Le risque est que nos salariés trouvent désormais plus avantageux de travailler (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

En Martinique, l’offre de Pôle emploi pour un responsable "blanc" fait polémique
Chômage partiel : les travailleurs saisonniers éligibles jusqu'à fin juin
Chômage : la rémunération des demandeurs d’emploi suivant une formation revalorisée au 1er mai
Infirmiers, aides-soignants… ces revalorisations salariales qui vous attendent dans le cadre du Ségur de la santé
Assurance chômage : ces allocataires qui pourraient être pénalisés dès le 1er juillet