La bourse est fermée

Aide supplémentaire de 2.500 euros pour les indépendants : décision attendue d’ici à la fin de la semaine

Pour faire face à la situation difficile dans laquelle se retrouve les indépendants, une indemnité de perte de gains pourrait être mise en place. Il s’agit d’une aide exceptionnelle pouvant atteindre jusqu’à 2.500 euros. Le montant remboursé à l’indépendant correspondrait aux cotisations versées pour la retraite complémentaire en 2018. “Nous connaissons déjà ces montants, donc nous pourrons les rembourser dans la limite de 2.500 euros”, détaille Alain Griset, président de l’U2P, l’union des entreprises de proximité. Seraient donc concernés l’ensemble des indépendants qui ont versé des cotisations en 2018 et qui étaient encore en activité au 15 mars 2020, avant l’instauration du confinement.

Cette aide a été votée à l’unanimité, le jeudi 2 avril par le Conseil de la protection sociale des travailleurs indépendants (CPSTI), présidé par la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) et comprenant aussi des représentants de l’U2P, du Medef et de la chambre nationale des professions libérales (CNPL). L’idée est de la financer en s’appuyant sur les réserves du régime de retraite complémentaire des indépendants qui s’élèvent à plus de 17 milliards. La dépense serait alors de 1,5 milliard. Ce soutien viendrait compléter l’aide forfaitaire de 1.500 euros mise en place par Bercy à destination des petites entreprises et des indépendants. “Mais ces 1.500 euros sont pour l’entreprise, là les 2.500 euros que nous proposons seraient pour l’indépendant lui-même”, précise Alain Griset.

>> À lire aussi - Indépendants, libéraux : comment faire pour bénéficier du fonds de soutien ?

Les réserves de l’État

Sur le papier l’idée semble pouvoir être mise en place rapidement, d’autant qu’elle n’appelle pas à des financements publics. Sauf que, détail qui a son importance, les décisions du Conseil de la protection sociale doivent être validées par sa tutelle, l’État. Et pour le moment, il semble plutôt réservé face à cette mesure. “Au départ nous pensions que nous avions un blanc-seing

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Promesse d’embauche : la crise actuelle peut-elle être un motif de rupture ?
Les activités sportives interdites de 10h à 19h à Paris à partir de mercredi
Intelligence artificielle : mais que se passe-t-il dans le cerveau des machines ?
Disney+ choisit la fiscalité avantageuse des Pays-Bas
SCPI : investir pour sa retraite