Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    39 113,25
    -18,28 (-0,05 %)
     
  • Nasdaq

    16 015,55
    +18,72 (+0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    39 233,71
    +135,03 (+0,35 %)
     
  • EUR/USD

    1,0848
    +0,0026 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    16 634,74
    -91,12 (-0,54 %)
     
  • Bitcoin EUR

    49 389,04
    +1 842,46 (+3,88 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    5 080,79
    -8,01 (-0,16 %)
     

Aide militaire à l’Ukraine : la Suède et la Finlande donnent des gages à l’Otan

Dans le détail, la Suède s’est engagée à livrer à l’armée ukrainienne des canons à longue portée (30 km), du même type que les fameux canons Caesar français, ainsi qu’un obusier. Deux types d’armement réclamé depuis de semaines par Kyiv.

Après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la Suède a décidé de rompre sa doctrine de non-livraison d’armes avec un pays en guerre, pourrait également fournir une cinquantaine de blindés de combats CV-90 ainsi que des missiles anti-tank, selon LCI.

"Le soutien militaire est décisif", a affirmé le Premier ministre Ulf Kristersson car "il peut changer celui qui prend l'initiative dans l'hiver à venir" sur le front en Ukraine.

De son côté, le ministre finlandais de la Défense, Antti Kaikkonen, a annoncé jeudi l'envoi de trois chars de déminage Leopard 2 à l'Ukraine, en plus des trois précédemment envoyés.

"La Finlande livre trois véhicules blindés de déminage Leopard 2", a déclaré le ministre Kaikkonen.

Les chars, équipés de mitrailleuses à la place du canon habituel, sont conçus pour neutraliser les mines et autres engins explosifs.

En février, la Finlande a annoncé qu'elle enverrait trois chars de combat Leopard de déminage en Ukraine.

La Première ministre finlandaise Sanna Marin a déclaré récemment qu'elle était également ouverte à discuter de la fourniture à l'Ukraine d'avions de combat finlandais F/A-18 Hornet, en réponse aux appels du président ukrainien Volodymyr Zelensky pour des avions de combat modernes des alliés occidentaux.

Ces livraisons ont été saluées par Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l'Otan, La Norvège, déjà membre de l'Otan contribue également à l'aide apportée à l'Ukraine.

"Je me félicite de l'importante aide financière, humanitaire et militaire apportée par la Norvège à l'Ukraine. Cette aide comprend des systèmes de défense aérienne, des chars, des munitions d'artillerie et la formation des soldats ukrainiens. Nous devons continuer à fournir à l'Ukraine ce dont elle a besoin pour vaincre, aussi longtemps qu'il le faudra".

Le chef de l'Otan a également remercié la Norvège pour sa contribution essentielle à l'Alliance, en accueillant des exercices de l'Alliance et en participant au groupement tactique multinational en Lituanie. Il se félicite également que la Turquie et la Hongrie semblent prêtes à ratifier l'adhésion de la Finlande.

Pour autant, le processus d’adhésion progresse lentement. Le Premier ministre suédois a déclaré jeudi vouloir demander des explications à la Hongrie sur les raisons pour lesquelles le Parlement hongrois a choisi d'approuver l'entrée de la Finlande dans l'Otan avant la Suède.

"Je vais demander pourquoi ils séparent la Suède de la Finlande. Ce sont des signaux que nous n'avions pas eu auparavant", a déclaré Ulf Kristersson à la radio suédoise SR.

Le Parlement hongrois a surpris la semaine dernière en fixant une date de ratification pour l'adhésion de la Finlande, qui aura lieu lundi, mais pas pour celle de la Suède qui aura lieu "plus tard".

La nouvelle est venu s'ajouter aux problèmes de Stockholm, dont l'entrée historique dans l'alliance militaire est bloquée par la Turquie, tandis que la voie est désormais grande ouverte pour son voisin finlandais.

Ankara accuse notamment la Suède d'être un havre de militants "terroristes" kurdes, et de refuser des extraditions - où c'est en réalité la justice suédoise qui a le dernier mot.

Seuls Ankara et Budapest doivent encore ratifier l'adhésion des deux pays nordiques, historiquement non alignés. Les 28 autres membres de l'Otan (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Allemagne...) l'ont déjà fait.