La bourse ferme dans 3 h 59 min
  • CAC 40

    5 560,07
    +67,92 (+1,24 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 499,94
    +36,90 (+1,07 %)
     
  • Dow Jones

    29 591,27
    +327,79 (+1,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,1871
    +0,0025 (+0,21 %)
     
  • Gold future

    1 810,70
    -27,10 (-1,47 %)
     
  • BTC-EUR

    16 099,73
    +518,60 (+3,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    376,95
    +15,52 (+4,29 %)
     
  • Pétrole WTI

    43,45
    +0,39 (+0,91 %)
     
  • DAX

    13 249,95
    +122,98 (+0,94 %)
     
  • FTSE 100

    6 399,49
    +65,65 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    11 880,63
    +25,66 (+0,22 %)
     
  • S&P 500

    3 577,59
    +20,05 (+0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    26 165,59
    +638,22 (+2,50 %)
     
  • HANG SENG

    26 588,20
    +102,00 (+0,39 %)
     
  • GBP/USD

    1,3326
    +0,0004 (+0,03 %)
     

Aide à domicile : comment s’organisent les visites chez les personnes âgées

·2 min de lecture

Pour les personnes âgées vivant chez elles, l’aide à domicile est souvent un soutien indispensable. Pendant le premier confinement, ces professionnelles ont parfois même été leur seul contact. Alors que la situation se répète aujourd’hui, le ministère en charge de l’Autonomie a publié, vendredi 13 novembre, un protocole pour répondre aux principales questions que l’on peut se poser sur le maintien de l’aide à domicile.

Toutes les visites des aides à domicile peuvent-elles continuer ?

Contrairement au premier confinement, aujourd’hui, la priorité est de garantir la totalité des interventions auprès des personnes âgées, même celles qui ne sont pas forcément considérées comme indispensables. Le protocole du ministère stipule bien de “n’appliquer le principe de priorisation des interventions qu’en dernier recours”. Et si par exemple, pour des questions de ressources humaines, toutes les interventions habituelles ne peuvent plus être conduites, plusieurs critères sont définis pour déterminer les visites prioritaires. Sont notamment considérées la nécessité d’effectuer des actes essentiels en fonction du degré d’autonomie ou de la santé de la personne et la possibilité ou non d’espacer les visites. Mais ce n’est pas le seul critère. Le ministère préconise aussi de prendre en compte l’isolement de la personne ainsi que le besoin de répit des proches aidants.

Cette situation peut se produire et n’est pas nouvelle. Elle est liée au manque de personnel constaté depuis plusieurs années. A cela s’ajoute la recrudescence de l’épidémie entraînant de plus en plus de cas positifs chez les aides à domicile. “Un test positif conduit à une éviction de 7 jours après le test”, précise le protocole du ministère. Il existe cependant certaines situations dans lesquelles un professionnel atteint du Covid 19 peut continuer à travailler. “Dans le cas où un professionnel asymptomatique est non remplaçable, la possibilité dégradée d’un maintien en poste avec un renforcement des mesures de précaution (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Retraite : les enfants de votre nouveau conjoint vous donnent-ils des droits ?
L’âge légal de départ à la retraite va-t-il vraiment être relevé à 63 ans ?
Les retraités inquiets pour leur pouvoir d'achat appellent à la mobilisation
Les idées innovantes des maisons de retraite pour continuer à organiser les visites
Retraite : les détenteurs d'un contrat Madelin pourront débloquer leur épargne