La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 638,46
    -63,52 (-0,95 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 158,51
    -36,41 (-0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 798,00
    +33,20 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1718
    -0,0029 (-0,25 %)
     
  • Gold future

    1 750,60
    +0,80 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    36 922,46
    +231,25 (+0,63 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 067,20
    -35,86 (-3,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,95
    +0,65 (+0,89 %)
     
  • DAX

    15 531,75
    -112,25 (-0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 051,48
    -26,87 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    15 047,70
    -4,50 (-0,03 %)
     
  • S&P 500

    4 455,48
    +6,50 (+0,15 %)
     
  • Nikkei 225

    30 248,81
    +609,41 (+2,06 %)
     
  • HANG SENG

    24 192,16
    -318,84 (-1,30 %)
     
  • GBP/USD

    1,3681
    -0,0040 (-0,29 %)
     

AHF : Les États membres de l’ONU doivent nommer un nouveau directeur général de l’OMS

·4 min de lecture

LOS ANGELES, September 08, 2021--(BUSINESS WIRE)--Parmi les nombreuses erreurs commises par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans la riposte mondiale au COVID-19, aucune n’a sans doute été plus préjudiciable que le manque de sens de l’urgence affiché par son directeur général, lorsqu’il a retardé la déclaration de la pandémie dans les premiers jours de la flambée du virus, selon l’AIDS Healthcare Foundation (AHF). Alors que le processus de soumission des noms d’un nouveau directeur général de l’OMS touche à sa fin, l’AHF prie instamment les États membres des Nations Unies de désigner rapidement des candidats qualifiés et de nommer un nouveau directeur général de l’OMS à la fin de la procédure électorale en mai 2022.

Des cas du nouveau coronavirus ont été signalés pour la première fois fin 2019 et dès la fin janvier 2020, plus de 8 100 personnes de différents pays avaient été infectées. Fin février 2020, le virus s’était propagé à plus de 50 pays, mais l’OMS, dirigée par le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a attendu le 11 mars 2020 pour déclarer que l’épidémie était une pandémie.

« Une perte de temps précieux et d’innombrables décès évitables : voilà le coût dévastateur qu’a entraîné le fait d’avoir attendu si longtemps avant de déclarer que le COVID-19 était une pandémie », a déclaré le président de l’AHF, Michael Weinstein. « Le monde avait besoin des conseils de l’OMS pour traverser cette catastrophe, mais un leadership de haut niveau a cruellement manqué dès le début de la crise. Le monde mérite le dirigeant le plus compétent qui soit à la tête de l’OMS. Les États membres des Nations Unies doivent sélectionner et nommer un nouveau directeur général. »

En plus des retards dans les déclarations liées au COVID-19, l’OMS, sous la direction du Dr Tedros, a également tardé à déclarer l’épidémie d’Ebola de 2018-2019 en République Démocratique du Congo comme une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI). Au moment où l'USPPI a été déclarée, Ebola s’était déjà propagé à une ville peuplée et à plusieurs pays africains, et plus de 1 600 personnes étaient décédées.

« Malheureusement, nous avons vu trop de cas lors d’urgences sanitaires où le Dr Tedros n’a pas agi conformément à sa charte de direction de l’OMS, laquelle est censée être la première institution de santé publique mondiale en termes de préparation et de riposte aux maladies infectieuses », a ajouté M. Weinstein. « L’OMS n’a pas l’autorité et la crédibilité nécessaires pour répondre efficacement aux épidémies, ce qui était une évidence pour les pays n’adhérant pas aux conseils et orientations de l’OMS. Tout a été sujet à une confusion de masse, des restrictions de voyage à la question du port du masque. Et c’est entièrement la faute du Dr Tedros. L’OMS a besoin d’avoir à sa tête quelqu’un qui possède un vrai sens de l’urgence et qui n’hésite pas à agir rapidement en cas de besoin. »

Les États membres des Nations Unies ont jusqu’à la mi-septembre 2021 pour soumettre des candidats au poste de directeur général. En cas de nomination de plusieurs candidats, un forum se réunira en mars 2022, avant le vote final des États membres qui se tiendra à l’occasion de la 75e Assemblée mondiale de la santé au mois de mai.

L’AIDS Healthcare Foundation (AHF), la plus grande organisation mondiale de lutte contre le sida, fournit actuellement des soins et/ou des services médicaux à plus de 1,6 million de personnes dans 45 pays à travers le monde, notamment aux États-Unis, en Afrique, en Amérique latine, dans les Caraïbes, dans la région Asie-Pacifique et en Europe. Pour en savoir plus sur l’AHF, visitez notre site Web : www.aidshealth.org, retrouvez-nous sur Facebook : www.facebook.com/aidshealth, et suivez-nous sur Twitter : @aidshealthcare et sur Instagram : @aidshealthcare

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Consultez la version source sur businesswire.com : https://www.businesswire.com/news/home/20210908005593/fr/

Contacts

CONTACTS AVEC LES MÉDIAS ÉTATS-UNIS :
Ged Kenslea, Directeur principal des communications, AHF
+1.323.308.1833 bureau +1.323.791.5526 portable
gedk@aidshealth.org

Denys Nazarov, Directeur de la politique mondiale et des communications, AHF
+1 323.308.1829
denys.nazarov@ahf.org

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles