La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 260,81
    -329,60 (-1,11 %)
     
  • Nasdaq

    10 802,92
    -65,00 (-0,60 %)
     
  • Nikkei 225

    26 431,55
    -722,28 (-2,66 %)
     
  • EUR/USD

    0,9616
    -0,0072 (-0,74 %)
     
  • HANG SENG

    17 855,14
    -78,13 (-0,44 %)
     
  • BTC-EUR

    19 940,69
    +113,79 (+0,57 %)
     
  • CMC Crypto 200

    440,17
    +7,07 (+1,63 %)
     
  • S&P 500

    3 655,04
    -38,19 (-1,03 %)
     

Agrivoltaïsme: l'énergie solaire, nouvelle solution des agriculteurs pour protéger leurs récoltes

Julienbrustudio

Et si production d’électricité solaire et production alimentaire étaient finalement compatibles sur un même terrain? C’est tout le pari de l'agri-voltaïsme. Encore à ses balbutiements, mais en pleine expansion, la pratique attend toujours un cadre légal.

Une canopée de trois hectares de panneaux photovoltaïque, sur des câbles cinq mètres au-dessus de plantations de sojas. L'énergéticien TSE inaugure ce jeudi 8 septembre son premier site agrivoltaïque à Amance en Haute-Saône. Un système avec une capacité électrique de 2,4 mégawatts, qui présente l'avantage de continuer à exploiter le champs en dessous. Amance, Montpellier, Perpignan... Les inaugurations de centrales photovoltaïques de ce type sur des terres agricoles se multiplient en cette rentrée 2022, avec la bénédiction des agriculteurs. Car contrairement aux centrales classiques, ces nouveaux sites concilient production d'énergie et alimentaire: c'est tout l'intérêt de l'agrivoltaïsme.

Installés en hauteur, les panneaux solaires sont moins denses que pour les centrales posées au sol, et n’entravent pas la production agricole en dessous. Fini le conflit d’usage des terres, et le choix cornélien entre nécessaire transition énergétique et impératif de nourrir la France. "Avec un taux de couverture de moins de 50% par rapport à un système au sol classique, la terre reçoit 75% du rayonnement solaire, et toutes les cultures se portent très bien", explique Christian Dupraz, directeur de recherche à l’Inrae, l'Institut national de recherche pour , l'alimentation et l'environnement.

Un sacré coup de pouce pour les agriculteurs, plus ou moins rémunérés en fonction du modèle économique choisi. Ils peuvent toucher un loyer annuel (très variables, de 100 à 5.000 euros par hectare) -l'option- la plus répandue, ou investir directement seul ou avec des partenaires pour bénéficier des revenus générés par l'électricité. Mais le principal intérêt économique réside dans les services apportés par les panneaux aux cultures.

Electricité et agriculture en "symbiose"

Car sans entrer en concurrence avec les plantes, ces panneaux peuvent être gérés en symbiose avec l’agriculture. Orientables et pilotables, ils peuvent apporter de l’ombre quand il fait trop chaud, limiter l'évaporation de[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi