Agriculture: la France propose à la Commission européenne un allégement du dépistage de la tuberculose bovine

Les agences française et européenne d'évaluation des risques, l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) et l'EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments), sollicitées respectivement par le Ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt et par la Commission européenne viennent de rendre un avis concordant sur la possibilité d'alléger le dispositif de dépistage de la tuberculose bovine en France.

Sur la base des conclusions de cette évaluation, Stéphane Le Foll a demandé à ses services d'échanger avec ceux de la Commission européenne en vue de l'allègement du dispositif en vigueur, celui-ci étant particulièrement contraignant pour la filière bovine. Une rencontre avec les autorités européennes est prévue à ce sujet avant la fin de l'année. La méthode de dépistage actuelle prévue par la réglementation européenne, basée sur des tests cutanés, fait persister de lourdes contraintes pour la circulation des animaux et de leurs produits, notamment au sein de l'Union européenne. L'utilisation d'un nouveau test (dosage de l'interféron gamma) doit permettre d'assouplir ce système tout en apportant les garanties sanitaires requises pour le contrôle de cette maladie, qui nécessite l'implication de tous les acteurs.