Publicité
La bourse ferme dans 5 h 34 min
  • CAC 40

    7 912,19
    -15,24 (-0,19 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 881,20
    +3,43 (+0,07 %)
     
  • Dow Jones

    38 996,39
    +47,37 (+0,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,0813
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    2 061,30
    +6,60 (+0,32 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 346,13
    -699,38 (-1,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,11
    +0,85 (+1,09 %)
     
  • DAX

    17 729,69
    +51,50 (+0,29 %)
     
  • FTSE 100

    7 670,69
    +40,67 (+0,53 %)
     
  • Nasdaq

    16 091,92
    +144,18 (+0,90 %)
     
  • S&P 500

    5 096,27
    +26,51 (+0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,63 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,00 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2630
    +0,0004 (+0,03 %)
     

Manifestation des agriculteurs : la préfecture d'Agen prise pour cible, les actions coup de poing se multiplient

Bloomberg / Getty Images

La colère gronde du côté des agriculteurs. Depuis le 18 janvier déjà, le monde agricole est mobilisé pour dénoncer les normes sous lesquelles les agriculteurs croulent, leurs bas salaires et les interdictions auxquelles ils doivent faire face. Résultat : sur le terrain, ils ont décidé de prendre des mesures concrètes en bloquant des routes notamment. En Occitanie, l’A64 est bloquée entre Toulouse et Bayonne au niveau de Carbonne en Haute-Garonne. Et la situation ne s’arrangera pas. L’A62 est également bloquée au niveau d’Agen dans les deux sens où des pneus ont été jetés devant la gare. À partir de jeudi, les 2 400 agriculteurs de Seine-et-Marne vont rejoindre le mouvement, ont-ils annoncé. Il n'est pas question de blocage de leur côté, mais plutôt de rassemblements sur des ronds-points, et ce pour «une durée indéterminée», rapporte Le Parisien.

Le principal syndicat agricole, la FNSEA, avait prévenu avant la rencontre prévue avec Gabriel Attal lundi soir : des «actions» seront menées «aussi longtemps qu’il sera nécessaire». Il attendait des «réponses concrètes» face à la «désespérance» des agriculteurs. La rencontre avec le Premier ministre, où étaient conviés également les Jeunes agriculteurs, a bien eu lieu lundi, mais à la sortie, son président a décidé de maintenir la pression en répétant : Il n’y aura «pas de levée des actions» tant qu’il n’y aura pas de «décisions concrètes». Dans la foulée, le ministre de l'Agriculture, Marc Fesneau, avait promis des mesures dans les «prochains (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Croissance : «la dette de la France est le facteur-clé de sa réussite économique»
Après les agriculteurs, la colère de la pêche côtière
Recours à l’IVG : pourquoi son inscription dans la Constitution est loin d’être gagnée
Colère des agriculteurs : «Il faut en priorité régler la question du gazole non routier», selon le député André Chassaigne
Covid-19 : les vaccins peuvent provoquer des troubles menstruels selon une étude