Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 094,97
    -7,36 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 035,41
    -2,19 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,33 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 335,20
    -2,00 (-0,09 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 693,38
    +37,64 (+0,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 483,77
    +15,66 (+1,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,80
    +0,93 (+1,21 %)
     
  • DAX

    18 693,37
    +2,05 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    8 317,59
    -21,64 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,76 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2739
    +0,0041 (+0,32 %)
     

Agression de Jean-Baptiste Trogneux : Trois suspects placés en détention provisoire

Trois hommes, suspectés d’avoir agressé lundi soir à Amiens Jean-Baptiste Trogneux, petit-neveu de Brigitte Macron et chocolatier (photo), ont été placés en détention provisoire ce mercredi 17 mai après le renvoi, à la demande de leur défense, de l’audience où ils devaient être jugés en comparution immédiate.
Trois hommes, suspectés d’avoir agressé lundi soir à Amiens Jean-Baptiste Trogneux, petit-neveu de Brigitte Macron et chocolatier (photo), ont été placés en détention provisoire ce mercredi 17 mai après le renvoi, à la demande de leur défense, de l’audience où ils devaient être jugés en comparution immédiate.

FAITS-DIVERS - Ils attendront leur procès en prison. Trois hommes, suspectés d’avoir agressé lundi soir à Amiens Jean-Baptiste Trogneux, petit-neveu de Brigitte Macron, ont été placés en détention provisoire ce mercredi 17 mai. Cette décision intervient après le renvoi, à la demande de leur défense, de l’audience où ils devaient être jugés en comparution immédiate.

Le procès de ces trois hommes, âgés de 20 à 34 ans, et jugés notamment pour violences en réunion, a été renvoyé au 5 juin à 14h. Une adolescente de 16 ans, également poursuivie dans cette affaire survenue après l’interview d’Emmanuel Macron au 20 heures de TF1, doit être présentée à un juge des enfants.

Le procureur, Jean-Philippe Vicentini, a requis et obtenu le placement en détention provisoire des suspects en raison, selon le président du tribunal, « du risque de réitération des faits ». Les trois prévenus, déjà condamnés dans le passé pour des violences et des agressions, présentent des profils de marginaux : le plus jeune, Florian C., est un travailleur handicapé en raison de son illettrisme ; le plus âgé, Yoan L., est placé sous curatelle.

PUBLICITÉ

« En 15 secondes, on se rend compte qu’il faut une expertise psychiatrique », a déclaré à l’audience l’avocat de ce dernier, Me Ibrahima Ndiaye.

Huit personnes avaient été interpellées dans ce dossier et quatre ont été relâchées mardi soir à l’issue de leur garde à vue.

Soutien politique

Dès la révélation des faits, des voix à gauche comme à droite se sont alarmées de la violence du débat politique, Emmanuel Macron dénonçant depuis Reyjkavik, « des actes insupportables et inqualifiables ».

Brigitte Macron s’est indignée mardi de « la lâcheté » des auteurs de l’agression de son petit-neveu. Les faits ont également suscité une pluie de condamnations mardi dans le monde politique, du chef des Républicains Éric Ciotti à la numéro un du RN Marine Le Pen, en passant par Jean-Luc Mélenchon pour LFI.

Patron de la célèbre chocolaterie fondée par l’arrière grand-père de Brigitte Macron, la victime, Jean-Baptiste Trogneux, 30 ans, souffre notamment « d’une ou deux côtes cassées », de « doigts foulés » et « présentait au scanner un hématome », selon son père Jean-Alexandre. De source policière, il a reçu quatre jours d’incapacité totale de travail (ITT).

Le petit-neveu de la première dame rentrait lundi à son domicile, situé au-dessus de la chocolaterie familiale, bien connue de la population, quand il a été « reconnu », pris à partie, puis molesté par plusieurs personnes qui participaient à une manifestation non déclarée, a décrit son père.

Selon Jimmy Lelièvre, l’un des gardés à vue relâché sans poursuites et rencontré devant le tribunal, le petit groupe est parti « en manif sauvage » après s’être donné rendez-vous à 20h devant l’hôtel de ville durant l’interview d’Emmanuel Macron sur TF1, puis il s’est arrêté devant la chocolaterie.

« Un de mes collègues a pris deux grosses poubelles, il les a mis devant pour faire un barrage », a raconté à l’AFP cet homme de 29 ans en recherche d’emploi, portant une casquette à l’envers et un haut de survêtement. Puis « Jean-Baptiste Trogneux est intervenu, il a plaqué au sol mon collègue. Autant vous dire que mon collègue ne s’est pas laissé faire ».

Selon son récit, cet homme « s’est défendu tout seul contre Jean-Baptiste Trogneux. (...) C’est de la légitime défense ». Puis « un autre collègue est juste intervenu » pour les séparer.

La chocolaterie Trogneux faisait l’objet d’une surveillance policière à chaque manifestation, et d’une vidéosurveillance, selon l’adjoint à la sécurité de la ville, Hubert de Jeanlis.

À voir également sur Le HuffPost :

L’agression d’un proche de Brigitte Macron à Amiens unanimement condamnée par la classe politique

Brigitte Macron dénonce l’agression de Jean-Baptiste Trogneux, son petit-neveu, à Amiens