Marchés français ouverture 1 h 35 min
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,20 (+1,85 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,65 (+1,55 %)
     
  • Nikkei 225

    28 743,25
    -121,07 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1912
    -0,0013 (-0,11 %)
     
  • HANG SENG

    28 878,13
    -220,16 (-0,76 %)
     
  • BTC-EUR

    42 520,75
    +829,66 (+1,99 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 026,14
    +82,96 (+8,80 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     

Agnès Pannier-Runacher au rendez-vous pour les vaccins... et pour l'élection

·2 min de lecture

Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l’Industrie, l’affirme : "Nous serons aux rendez-vous". Celui de la vaccination… Celui de l’élection ? Retrouvez les Indiscrétions de la semaine de Nicolas Domenach.

Agnès Pannier-Runacher : "Nous serons au rendez-vous pour les vaccins"

Elle n’en a pas sa dose. Ni de vaccin, ni de politique. La ministre déléguée se consacre pour l’instant jour et nuit à la première mission que lui a confiée le président de la République : assurer côté industriel, production et distribution de vaccins. Elle pense l’emporter contre les persifleurs : "Nous ne sommes pas en retard sur les commandes." Pour les livraisons, il faut faire avec les loupés et les entourloupes. Mais elle ne doute pas, "nous serons aux rendez-vous". Celui de la vaccination, comme ensuite celui de l’élection. Elle sait qu’Emmanuel Macron l’a repérée et compte sur elle, qui n’hésite pas à se définir comme une "femme de gauche de conviction". Enarque HEC, parcours public-privé, inspectrice des finances mariée à un inspecteur des finances, elle n’en déteste pas moins l’entre-soi du capitalisme et "l’inégalité des chances". Macroniste des origines, elle "complice" volontiers avec Marlène Schiappa, "un animal politique", ou avec Elisabeth Moreno, avec qui elle prépare un livre.

Gérard Larcher se délecte comme faiseur de rois de la droite

Il le répète encore et encore : "Je ne suis pas candidat à l’élection présidentielle." Lorsqu’Emmanuel Macron a été atteint par le Covid, assure aussi n’avoir pas espéré prendre sa place, et lui avoir sincèrement souhaité "bon et prompt rétablissement". On se surprend à le croire. A la tête du Sénat, il paraît trop heureux dans ses exercices de haute voltige politique qui l’ont installé comme le premier opposant du président de la République et faiseur de rois de la droite. Il ne boude jamais une rencontre avec tous ceux-là mêmes que Macron mésestime : les élus locaux, les dirigeants syndicaux, les magistrats, les représentants des exécutifs de Corse ou encore de Nouvelle Calédonie. Avec toujours les mêmes objectifs : défendre les contre-pouvoirs et cultiver le dialogue. "Parlons-nous" est son maître mot. Ce sénateur en rondeurs l’applique pour[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi