La bourse est fermée

Agnès Buzyn : “vous ne pouvez pas dire que je n’ai pas anticipé”

C’est la plus longue audition menée par la commission d’enquête sur la gestion de la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19. À peine remise de sa lourde défaite aux élections municipales de Paris, l’ex-ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn s’est confrontée, ce mardi 30 juin, aux nombreuses questions des députés de l’Assemblée nationale pendant quatre heures et dix minutes. Celle qui a quitté le ministère pour lancer sa campagne électorale le 16 février, à l’aube de la pandémie, a sans surprise été interrogée sur les défaillances du système, en matière d’anticipation, de réactivité et de prévention des risques, mais aussi, et surtout, sur l’épineux dossier de la pénurie des masques.

Pendant plus de quatre heures, la prédécesseure d’Olivier Véran s’est évertuée à répondre aux questions des parlementaires de façon claire et détaillée. Avec cette mimique continuelle de retracer la chronologie des faits, des premiers cas déclarés à Wuhan - berceau de l’épidémie - à l’arrivée du virus en Europe, en passant par les multiples décisions qu’elle et ses compères ont prises au fur et à mesure de la crise. Et, ce, bien qu’il n’y avait que douze personnes infectées en France et un seul cluster identifié et maîtrisé aux Contamines-Montjoie, lorsqu’elle a quitté ses fonctions de ministre.

Sur l’anticipation de la crise sanitaire

Compte tenu des déclarations jugées contradictoires d’Agnès Buzyn, pendant et après sa mandature au ministère des Solidarités et de la Santé, les députés de la commission d’enquête lui ont demandé, à plusieurs reprises, des comptes sur l’anticipation de la pandémie. Pour rappel, le 21 janvier, l’ancienne ministre tenait des propos rassurants, elle avait estimé que “le risque d’introduction en France” du Sars-CoV-2 était “faible”. Il s’agissait alors de sa première conférence de presse dédiée à l’évolution de l’épidémie.

>> À lire aussi -Taux de positivité au Covid-19 : département par département, notre nouvelle carte de France

Émue, mais pointilleuse,

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Rappel de véhicules géant pour Volvo
L'emploi déçoit aux Etats-Unis
737 MAX : Boeing n’aurait pas donné certains documents à l'administration américaine
La Freebox v8 en approche
Franprix ouvre ses rayons à de nombreux produits Decathlon à Paris