Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 503,27
    -204,75 (-2,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 839,14
    -96,36 (-1,95 %)
     
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0709
    -0,0033 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    2 348,40
    +30,40 (+1,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 768,82
    -699,61 (-1,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 406,73
    -11,14 (-0,79 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,49
    -0,13 (-0,17 %)
     
  • DAX

    18 002,02
    -263,66 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    8 146,86
    -16,81 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,32 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2686
    -0,0075 (-0,59 %)
     

Agent SNCF empoisonné à Saint-Étienne : un suspect mis en examen

C’est en gare de Saint-Étienne Châteaucreux qu’un agent SNCF de 41 ans est décédé le 3 avril dernier, après avoir bu par inadvertance un liquide contenant de la cocaïne et un produit de coupe.
C’est en gare de Saint-Étienne Châteaucreux qu’un agent SNCF de 41 ans est décédé le 3 avril dernier, après avoir bu par inadvertance un liquide contenant de la cocaïne et un produit de coupe.

FAITS-DIVERS - Un suspect dans l’intoxication mortelle début avril à Saint-Etienne d’un cheminot, qui avait bu un liquide contenant de la cocaïne, a été mis en examen pour trafic de stupéfiants et placé sous contrôle judiciaire, a appris l’Agence France presse ce vendredi 12 mai auprès du parquet.

Originaire du Suriname, l’homme de 32 ans a été en outre placé sous le statut de témoin assisté pour « mise en danger de la vie d’autrui » et « homicide involontaire » par un juge d’instruction, a précisé le procureur de la République de Saint-Etienne, David Charmatz. Le magistrat a ajouté qu’il allait « prochainement prendre des réquisitions » pour la mise en examen du trentenaire de ces deux chefs et faire appel de sa remise en liberté par le Juge des libertés et de la détention (JLD).

Interpellé mardi puis confronté aux enregistrements de la vidéosurveillance, le suspect a reconnu lors de sa garde à vue avoir transporté un sac « pour rendre service » sans savoir ce qu’il contenait. Il n’a donné aucune précision sur la personne qui lui aurait confié le sac ni sur celle à qui il aurait dû le remettre en gare de Lyon Part-Dieu, lieu prévu de livraison.

Un produit de coupe responsable de plusieurs décès

Âgée de 41 ans et père de deux enfants, la victime faisait partie d’un groupe de quatre agents SNCF qui avait décidé le 3 avril dernier de boire un liquide stocké dans un sac abandonné dans le hall de la gare de Châteaucreux, au lieu de le déposer parmi les objets trouvés. Le liquide toxique se trouvait dans un des deux bag-in-box souples de 1,5 litre rangés dans le sac et étiquetés de la marque d’un producteur de punch.

PUBLICITÉ

Seul servi dans un premier temps, l’agent d’escale était décédé un quart d’heure après avoir pris une gorgée du liquide composé de cocaïne et de Lévamisole, un vermifuge vétérinaire utilisé comme produit de coupe par les trafiquants de drogue. Cet antiparasitaire est inscrit sur la liste II des substances vénéneuses de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), selon le procureur Charmatz.

« Cette pratique date d’une dizaine d’années. Certains disent que ça augmenterait les effets ce qui n’est pas du tout prouvé », a expliqué à l’AFP le Pr Pascal Kintz, toxicologue à l’Institut médico-légal de Strasbourg. « D’autres disent qu’il y a eu une pénurie de paracétamol et de caféine qui servaient traditionnellement à couper la cocaïne, ce qui fait qu’on a pris autre chose », a-t-il ajouté, soulignant que la pratique était déjà à l’origine de « plusieurs séries de décès ».

À voir également sur Le HuffPost :

À Paris, un professeur sera jugé pour avoir brûlé les copies du bac de ses élèves

« Cold case » : Interpol en appelle au grand public pour les résoudre