Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 503,27
    -204,75 (-2,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 839,14
    -96,36 (-1,95 %)
     
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0709
    -0,0033 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    2 348,40
    +30,40 (+1,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 100,72
    +385,91 (+0,63 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 382,00
    -35,87 (-2,53 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,49
    -0,13 (-0,17 %)
     
  • DAX

    18 002,02
    -263,68 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    8 146,86
    -16,81 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,28 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,06 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,82 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2686
    -0,0074 (-0,58 %)
     

Un agent de la DGSI condamné pour avoir détourné des sommes d’argent destinées «aux sources»

Tiko/Adobe Stock

La très prestigieuse DGSI a aussi connu la tourmente. En 2022, l’un de ses brigadiers, âgé de 52 ans, a été condamné par la justice pour «détournement de fonds publics», «faux» et «usage de faux», comme le révèlent BFMTV et Mediapart. En effet, l’homme accusé avait reconnu avoir détourné des sommes en espèces, initialement destinées aux sources de son service (des pirates informatiques recrutés pour infiltrer les sites de propagande jihadiste, entre autres).

Seulement, le brigadier de 52 ans s’est fait un peu (beaucoup) d’argent dessus : 92 000 euros empochés, entre 2009 et 2016. L’un des hackers, contacté par nos confrères, explique avoir, lui, touché «de petites sommes, allant jusqu’à 2 000 euros». C’est lors de son audition par l’Inspection générale de la sécurité intérieure (IGSI, la police de la DGSI), que l’employé a compris que son «agent traitant avait gardé une bonne partie de l’argent qui m’était destiné».

L’agent de la DGSI s’était servi de faux papiers d’identité afin d’ouvrir un compte bancaire, sur lequel il y versait les fonds volés aux hackers. Spécialiste de la cryptomonnaie, il était également suspecté d’avoir acquis du matériel informatique dernier cri avec cet argent pour créer des bitcoins et aurait accumulé plus d’un million d’euros en monnaie virtuelle.

Mis en examen à l’été 2020, le brigadier avait été placé en détention provisoire durant six mois, puis remis en liberté jusqu’à sa condamnation en 2022. En poste pendant près de 20 ans dans ce service d’élite, (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Salon de l’agriculture 2024 : peut-on s’attendre à de nouvelles annonces du gouvernement ?
Cancer de Charles III : qui gère la Couronne en l’absence du roi ?
Pour décarboner l'économie, «il faut s’inspirer des Etats-Unis», selon la directrice France de TotalEnergies
À cause de «bugs», des familles reçoivent des factures de cantine scolaire cinq mois plus tard
Cyberattaque : l’opérateur de tiers payant Almerys à son tour pris pour cible