La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 143,00
    -58,14 (-0,81 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 272,19
    -43,71 (-1,01 %)
     
  • Dow Jones

    35 911,81
    -201,79 (-0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,1416
    -0,0044 (-0,39 %)
     
  • Gold future

    1 817,30
    -4,10 (-0,23 %)
     
  • BTC-EUR

    37 649,53
    -650,14 (-1,70 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 037,76
    +12,03 (+1,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,27
    +2,15 (+2,62 %)
     
  • DAX

    15 883,24
    -148,36 (-0,93 %)
     
  • FTSE 100

    7 542,95
    -20,90 (-0,28 %)
     
  • Nasdaq

    14 893,75
    +86,95 (+0,59 %)
     
  • S&P 500

    4 662,85
    +3,82 (+0,08 %)
     
  • Nikkei 225

    28 124,28
    -364,82 (-1,28 %)
     
  • HANG SENG

    24 383,32
    -46,48 (-0,19 %)
     
  • GBP/USD

    1,3680
    -0,0030 (-0,22 %)
     

Afrique du Sud: l'ANC célèbre son 110e anniversaire « sans vuvuzuelas ni trompettes »

·1 min de lecture

L'ANC traverse une période de troubles protéiformes. La découverte du variant Omicron en novembre dernier a provoqué le courroux du président Ramaphosa après le « boycott touristique » du pays au tout début de la haute saison touristique. L'incendie dévastateur du parlement sud-africain dans la ville du Cap au lendemain des funérailles du très populaire archevêque anglican Desmond Tutu (décédé le 26 décembre 2021 à l'âge de 90 ans) n'a pas amélioré le moral des Sud-africains. « Le pays tout entier a été choqué, indigné et attristé par la destruction parce que l'institution du parlement est dépositaire de notre démocratie et un symbole de la stabilité démocratique de notre peuple », a déclaré le président sud-africain depuis le stade de Polokwane, à l'occasion des célébrations du 110e anniversaire de l'ANC. La jauge fixée à 2 000 personnes pour les rassemblements extérieurs en raison de la pandémie de Covid-19, avait par ailleurs, limité la fête dans une Afrique du Sud où l'avenir du parti de Mandela, -le leader historique de l'ANC-, semble s'assombrir sur fond d'une corruption associée aux « années Zuma » de 2009 à 2018.

Il est loin le temps de l'adhésion unanime pour le parti libérateur de l'apartheid. Alors que l'une des dernières grandes figures de la lutte contre le régime ségrégationniste sud-africain vient de disparaître, l'heure est aux règlements de compte politique et juridique. Sur le plan politique, l'ANC aujourd'hui divisé, a enregistré une défaite retentissante aux élections locales du 1er (...) Lire la suite sur La Tribune.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles