Marchés français ouverture 8 h 34 min
  • Dow Jones

    34 092,96
    +6,92 (+0,02 %)
     
  • Nasdaq

    11 816,32
    +231,77 (+2,00 %)
     
  • Nikkei 225

    27 346,88
    +19,77 (+0,07 %)
     
  • EUR/USD

    1,1017
    +0,0151 (+1,39 %)
     
  • HANG SENG

    22 072,18
    +229,85 (+1,05 %)
     
  • BTC-EUR

    21 567,54
    +428,18 (+2,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    538,70
    +296,03 (+121,98 %)
     
  • S&P 500

    4 119,21
    +42,61 (+1,05 %)
     

En Afrique, les ravages de la faim à l'aune des pénuries

© S. Modola / Reuters

2023, Le monde qui vient (24/53). Menace de récession mondiale, inflation... En 2023, l'ombre de la famine se renforce au-dessus de l'Afrique. Mais elle sera probablement plus le résultat de pénuries que de hausses des prix.

Le monde aborde 2023 sur fond de crise alimentaire. Le Programme alimentaire mondial (PAM), l'agence onusienne qui coordonne la distribution de cette aide, constate que le nombre de personnes confrontées à une sévère insécurité alimentaire a bondi de 282 millions fin 2021 à 345 millions en 2022. Quelque 50 millions d'individus pourraient commencer 2023 au seuil de la famine et mourir de faim dans les mois qui viennent.

Jusqu'à présent, le problème provenait en grande partie de la spirale des prix des produits alimentaires plutôt que de leur indisponibilité. La Russie et l'Ukraine comptaient parmi les cinq principaux exportateurs mondiaux de produits à base d'orge, de maïs et de tournesol. Aussi lorsque la guerre a éclaté, les fournitures de nombreux produits de base ont été sérieusement affectées. Les pays les plus touchés comptent parmi les plus pauvres du monde. Le Soudan, la Tanzanie et l'Ouganda, par exemple, dépendaient de la Russie et de l'Ukraine pour plus de 40% de leurs importations de blé. Mais les conséquences se sont fait sentir partout. Les prix mondiaux de l'alimentation sont montés en flèche tandis que certains pays comme l'Inde et l'Argentine réagissaient à coups de restrictions commerciales. L'ensemble des programmes de secours d'urgence a été affecté du fait que le PAM achète habituellement à l'Ukraine la moitié du blé qu'il distribue.

Lire aussiGuerre nucléaire : le scénario catastrophe de la faim planétaire

La faiblesse de la croissance économique pèse sur la demande. Et dans certaines régions l'inflation commence à régresser. L'indice des prix de l'alimentation de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), qui mesure les variations mensuelles des prix internationaux des matières premières alimentaires, a graduellement baissé depuis son haut historique de mars 2022.

L'ONU a averti que le monde risquait de passer d'une inflation des prix de l'alimentation à une pénurie pure et simple de nourriture. La production d[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi