La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 258,32
    +338,48 (+1,00 %)
     
  • Nasdaq

    14 896,85
    +150,45 (+1,02 %)
     
  • Nikkei 225

    29 639,40
    -200,31 (-0,67 %)
     
  • EUR/USD

    1,1699
    -0,0032 (-0,27 %)
     
  • HANG SENG

    24 221,54
    +122,40 (+0,51 %)
     
  • BTC-EUR

    37 183,37
    +1 678,80 (+4,73 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 089,08
    +48,60 (+4,67 %)
     
  • S&P 500

    4 395,64
    +41,45 (+0,95 %)
     

Afghanistan: le Japon rate son exfiltration

·2 min de lecture

Les forces d'autodéfense nippones étaient parties exfiltrer des centaines de Japonais et d'Afghans. Bilan : une Japonaise tirée d'affaire.

C’était une mission historique pour les militaires japonais. Les 23 et 24 août, des centaines de soldats des Forces d’autodéfense (FAD) qui font office d’armée pour le avaient embarqué sous les applaudissements au pas de l’oie, comme s’ils partaient au front, dans trois avions militaires sur une base japonaise. Destination finale : Kaboul. Objectif : rapatrier les rares compatriotes restés sur place et .

Cette mission aurait pu se dérouler avec succès. Les FAD, au statut pacifiste, sont très rarement impliquées dans des opérations d’exfiltration hors de leurs frontières. Mais en février 2020, elles avaient justement participé à un exercice d’évacuation de civils en Thaïlande dans le cadre des exercices Cobra Gold, aux côtés des États-Unis. Et l’Ambassade du Japon à Kaboul est une des rares à disposer d’un attaché de défense sur place. Menée à bien, cette mission aurait été la première évacuation militaire de ressortissants étrangers. Elle aurait au passage accordé un répit au Japon, . Les 500 Afghans à qui le Japon envisageait protection auraient représenté l’équivalent de seize ans d’asile (511 cas depuis 2005) en temps ordinaire. En 2020, le Japon a accordé 47 demandes.

Bilan calamiteux

Une semaine plus tard les FAD ont interrompu leur mission, humiliées par un bilan ridicule, voire calamiteux. Les trois avions n’ont permis que d’exfiltrer une unique ressortissante japonaise. Ils ont bien chargé 14 Afghans, mais qui travaillaient pour des Américains ; aucun de ceux visés par l’opération n’est parvenu à rallier l’aéroport de Kaboul. "C’est le pire résultat possible. Le gouvernement est responsable", s’effare sur Twitter Rumiko Seya, de l’ONG REALs, active dans la région. "Les données personnelles de centaines d’Afghans ont été soumises aux Talibans pour qu’elles passent les check-points dans Kaboul. Que vont-ils en faire ?", s’inquiète-t-elle. Le bilan de l’opération est surtout pâle au regard de celui de la Corée du Sud voisine, qui avait organisé le départ de s[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles