La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 028,65
    -339,82 (-0,96 %)
     
  • Nasdaq

    14 340,25
    -166,64 (-1,15 %)
     
  • Nikkei 225

    27 467,23
    -790,02 (-2,80 %)
     
  • EUR/USD

    1,1347
    +0,0017 (+0,15 %)
     
  • HANG SENG

    24 127,85
    +15,07 (+0,06 %)
     
  • BTC-EUR

    36 926,95
    -677,07 (-1,80 %)
     
  • CMC Crypto 200

    992,24
    -2,50 (-0,25 %)
     
  • S&P 500

    4 532,76
    -44,35 (-0,97 %)
     

Affaires PPDA et Hulot: 14 victimes présumées répondent à Emmanuel Macron

·2 min de lecture

Un collectif de quatorze femmes s'étant déclarées victimes de violences sexuelles de la part de Nicolas Hulot et de Patrick Poivre d'Arvor dénoncent mercredi les propos d'Emmanuel Macron qui avait dit souhaiter "ni complaisance" ni "inquisition" concernant ces accusations.

"Nous ne sommes pas les bourreaux": un collectif de quatorze femmes s'étant déclarées victimes de violences sexuelles de la part de Nicolas Hulot et de Patrick Poivre d'Arvor dénoncent mercredi les propos d'Emmanuel Macron qui avait dit souhaiter "ni complaisance" ni "inquisition" concernant ces accusations. "Quel est le rapport entre nos récits et l’Inquisition? De nos intimités exposées naîtrait le risque de replonger la France dans une des périodes les plus sombres et les plus unanimement détestées de l’histoire occidentale?", écrivent-elles dans une tribune publiée sur le site du journal Le Monde.

"En agitant la menace inquisitoriale, vous en rajoutez une couche, vous nous dites que nous sommes dangereuses. Une pièce de plus dans la machine à taire. Mettre nos misères en lumière risquerait d’enfoncer la France dans les ténèbres? Nos récits ne devraient-ils pas faire avancer le droit plutôt que de le faire reculer jusqu’aux horreurs de l’Inquisition?", poursuivent-elles. Elles réagissent aux propos d'Emmanuel Macron, tenus mercredi dernier en Conseil des ministres et qui ont été rapportés par des participants, qui avait dit souhaiter ni "opacité", ni "complaisance" ni "inquisition" à propos des accusations d'agressions sexuelles et de viol contre son ex-ministre Nicolas Hulot. "Nous avons énormément fait pour cela, et nous allons continuer à agir résolument en ce sens", avait-il ajouté. Ces propos marquaient sa première réaction après la diffusion, le 25 novembre sur France 2, d'une enquête dans laquelle plusieurs femmes ont accusé Nicolas Hulot de viols et d'agressions sexuelles.

Une enquête préliminaire a été ouverte dans la foulée par le parquet de Paris. Au total, ce sont au moins six femmes, dont l'une(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles