Marchés français ouverture 4 h 16 min
  • Dow Jones

    34 060,66
    -267,13 (-0,78 %)
     
  • Nasdaq

    13 303,64
    -75,41 (-0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    27 982,79
    -424,05 (-1,49 %)
     
  • EUR/USD

    1,2226
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    28 593,81
    +399,72 (+1,42 %)
     
  • BTC-EUR

    33 616,31
    -3 389,39 (-9,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 143,99
    -109,15 (-8,71 %)
     
  • S&P 500

    4 127,83
    -35,46 (-0,85 %)
     

Affaire Xavier Dupont de Ligonnès : ce calvaire infligé à ses voisins

·1 min de lecture

Le 21 avril 2011, les enquêteurs avaient retrouvé les corps sans vie des enfants et de l'épouse de Xavier Dupont de Ligonnès à leur domicile. Depuis dix ans, le père de famille soupçonné de les avoir tués est toujours introuvable. Une affaire mystérieuse qui attire toujours autant l’attention, dix ans plus tard. Après la publication d’une enquête complète en deux volets à l’été 2020 dans le magazine Society, c’est au tour de la chaîne BFMTV d’apporter ses éclaircissements sur l’affaire.

Lundi 19 avril 2021, la chaîne d’informations en continu a diffusé son documentaire inédit, Dupont de Ligonnès, et s’il était en vie ? Pour l’occasion, nos confrères ont récolté le témoignage de plusieurs proches de la famille devenue tristement célèbre. Au cours d’une interview accordée à Madame Figaro et publiée lundi 19 avril, Isabelle Quintard, la réalisatrice de ce documentaire s’est souvenue de certaines confidences faites par les amis des enfants de la famille décédés. “Les amis de ses enfants me disaient que quand ils venaient chez les Ligonnès, Xavier ne disait pas un mot et s’enfermait dans la cave, qui était son bureau, son antre”, rapporte-t-elle afin d’illustrer la personnalité "vraiment complexe" du père de famille soupçonné d’avoir tué sa femme Agnès et ses enfants Arthur, Thomas, Anne et Benoît. “L'autre trait de caractère très fort, c’est son côté narcissique et orgueilleux, qui ne se remet jamais en question. Il n’accepte pas les échecs, il ne les assume pas", ajoute celle qui (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite