Publicité
La bourse ferme dans 4 h 39 min
  • CAC 40

    7 577,03
    -51,77 (-0,68 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 892,51
    -22,96 (-0,47 %)
     
  • Dow Jones

    38 834,86
    +56,76 (+0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0748
    +0,0005 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    2 343,70
    -3,20 (-0,14 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 743,09
    -200,94 (-0,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 384,81
    +47,06 (+3,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,37
    -0,20 (-0,25 %)
     
  • DAX

    18 081,11
    -50,86 (-0,28 %)
     
  • FTSE 100

    8 195,68
    +4,39 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    17 862,23
    +5,21 (+0,03 %)
     
  • S&P 500

    5 487,03
    +13,80 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    38 570,76
    +88,65 (+0,23 %)
     
  • HANG SENG

    18 430,39
    +514,84 (+2,87 %)
     
  • GBP/USD

    1,2735
    +0,0026 (+0,20 %)
     

Affaire Rubiales: la majorité des internationales espagnoles grévistes réintègrent la sélection

Affaire Rubiales: la majorité des internationales espagnoles grévistes réintègrent la sélection

Sortie de crise en pleine nuit au sein de la sélection féminine espagnole. La majorité des internationales, en grève depuis l'affaire Rubiales mais auss après l'annonce de la première liste de la nouvelle sélectionneuse Montserrat Tomé, ont accepté de réintégrer la sélection pour affronter la Suède et la Suisse en Ligue des Nations, à la suite d'un accord avec la Fédération et le gouvernement.

"Nous sommes parvenus à une série d'accords qui seront rédigés et signés demain par la Fédération et le Conseil supérieur des Sports", a déclaré mercredi à la presse le secrétaire d'État aux Sports, Victor Francos.

Seules deux des 23 joueuses convoquées avaient exprimé le souhait de partir, en contrepartie de ne pas être sanctionnées.

"Sur les 23 joueuses convoquées, deux ont demandé la possibilité de quitter le camp d'entraînement pour des raisons (...) d'inconfort personnel", a-t-il précisé. Le représentant du gouvernement n'a pas révélé les noms des deux joueuses concernées, mais a souligné qu'elles ne seraient pas soumises à des sanctions, contrairement à ce qui avait été annoncé précédemment.

PUBLICITÉ

La nouvelle sélectionneuse de l'Espagne, Montse Tomé, avait créé la surprise lundi en convoquant pour les matches contre la Suède et la Suisse une quinzaine de championnes du monde et d'autres joueuses qui avaient demandé à ne pas être sélectionnées jusqu'à ce qu'il y ait des changements au sein de la fédération de football, suite au scandale du baiser forcé de l'ancien président Luis Rubiales sur la footballeuse Jenni Hermoso lors de la Coupe du monde en Australie.

Le départ du secrétaire général pourrait avoir convaincu les joueuses

Mardi, les internationales espagnoles s'étaient finalement rendues au rassemblement de l'équipe féminine, tout en affirmant ne pas vouloir rejouer tant qu'une refonte totale de leur fédération (RFEF) n'avait pas lieu.

"Les joueuses nous ont fait part de leur inquiétude quant à la nécessité de procéder à de profonds changements au sein de la RFEF et la fédération a promis que ces changements interviendraient immédiatement", a déclaré M. Francos mercredi.

Selon la presse espagnole, l'un de ces changements immédiats pourrait être le départ du secrétaire général Andreu Camps. M. Francos a déclaré que l'accord prévoit de développer la loi espagnole sur "les politiques de genre, les progrès en matière d'égalité salariale, dans les structures pour le sport et spécifiquement pour le football féminin".

Article original publié sur RMC Sport