La bourse ferme dans 6 h 42 min
  • CAC 40

    6 755,38
    +31,57 (+0,47 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 141,16
    +23,21 (+0,56 %)
     
  • Dow Jones

    35 116,40
    +278,24 (+0,80 %)
     
  • EUR/USD

    1,1853
    -0,0015 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    1 815,50
    +1,40 (+0,08 %)
     
  • BTC-EUR

    31 774,99
    -1 007,67 (-3,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    919,66
    -23,78 (-2,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    70,59
    +0,03 (+0,04 %)
     
  • DAX

    15 653,45
    +98,37 (+0,63 %)
     
  • FTSE 100

    7 125,48
    +19,76 (+0,28 %)
     
  • Nasdaq

    14 761,29
    +80,23 (+0,55 %)
     
  • S&P 500

    4 423,15
    +35,99 (+0,82 %)
     
  • Nikkei 225

    27 584,08
    -57,75 (-0,21 %)
     
  • HANG SENG

    26 426,55
    +231,73 (+0,88 %)
     
  • GBP/USD

    1,3930
    +0,0015 (+0,11 %)
     

Affaire Pegasus : "Il existe un marché international des failles d'exploitation"

·1 min de lecture

Selon une enquête publiée dimanche par un consortium de 17 médias internationaux, dont Le Monde, le logiciel Pegasus, élaboré par l'entreprise israélienne NSO Group, aurait permis d'espionner les numéros de 50.000 personnes à travers le monde, parmi lesquelles au moins 180 journalistes, 600 hommes et femmes politiques, 85 militants des droits humains ou encore 65 chefs d'entreprise de différents pays. Une trentaine de personnalités françaises auraient notamment été espionnées via cet outil pour le compte du Maroc. Toujours selon Le Monde, le numéro d’Emmanuel Macron figurait sur les listes des téléphones visés du temps où il était ministre de l'Economie. Mais comment un aussi grand nombre de personnes, utilisant pour certaines des appareils hautement sécurisés du fait de leur fonction, ont pu être ainsi épiées en toute impunité ?

"Un niveau de sophistication extrêmement élevé"

"On est dans de l'intrusion informatique, c'est du cyber-espionnage. Il ne s'agit pas d'un simple système d'écoute. Ce logiciel extrêmement sophistiqué utilise des failles dans les systèmes d'exploitation des téléphones, qu’il s’agisse d’Android ou Apple", explique auprès d’Europe 1 Bernard Barbier, ancien directeur technique de la DGSE, qui a créé les premières équipes dédiées à ce type de problématique au sein du renseignement extérieur français. "Ces failles permettent d'injecter des logiciels de façon passive dans le téléphone. Il n'y a pas besoin de cliquer, par exemple, sur un email infecté comme...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles