Publicité
La bourse ferme dans 4 h 9 min
  • CAC 40

    7 646,05
    +75,85 (+1,00 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 926,28
    +40,83 (+0,84 %)
     
  • Dow Jones

    38 834,86
    +56,76 (+0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0733
    -0,0015 (-0,14 %)
     
  • Gold future

    2 353,00
    +6,10 (+0,26 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 880,83
    +935,25 (+1,53 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 375,44
    -7,22 (-0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,60
    +0,03 (+0,04 %)
     
  • DAX

    18 168,00
    +100,09 (+0,55 %)
     
  • FTSE 100

    8 236,59
    +31,48 (+0,38 %)
     
  • Nasdaq

    17 862,23
    +5,21 (+0,03 %)
     
  • S&P 500

    5 487,03
    +13,80 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    38 633,02
    +62,26 (+0,16 %)
     
  • HANG SENG

    18 335,32
    -95,07 (-0,52 %)
     
  • GBP/USD

    1,2694
    -0,0028 (-0,22 %)
     

Affaire du «Motorgate» : les victimes des moteurs défectueux de Stellantis et Renault montent au créneau

Nicolas Sandanassamy/Capital

Un nouvel épisode dans l’affaire du «Motorgate». Plusieurs dizaines de propriétaires de voitures de marques telles que Renault, Dacia et Nissan ont fait face à des soucis de moteur qui les ont poussés à déposer une plainte devant le tribunal correctionnel de Nanterre, suscitant ainsi une attention nationale. Ces problèmes sont liés au moteur 1,2 TCe, qui a été monté sur environ 400 000 véhicules produits entre octobre 2012 et juin 2016, dont 133 050 voitures en France. Les propriétaires concernés se sont regroupés au sein de l'Association des victimes du «Motorgate» Renault, rapporte Le Parisien, le 24 octobre 2023. En outre, ils se sont associés au collectif des victimes du PureTech Stellantis, un autre constructeur automobile. Cette collaboration inhabituelle vise à faire entendre leur voix collectivement et à lutter pour la justice.

Les victimes du «Motorgate» ont rédigé une lettre commune destinée au président de la République, aux ministres de l'Économie et de la Transition écologique, ainsi qu'aux groupes Renault et Stellantis. Cette lettre met en lumière le fait que malgré de nombreuses preuves internes, les constructeurs automobiles continuent de traiter ces cas de manière individuelle, laissant de nombreuses victimes sans réparation. Ils appellent les organismes agréés à mener des recours collectifs à défendre courageusement leurs droits et à dénoncer ces scandales. Un autre point soulevé par les victimes est la question du délai de prescription de droit commun de cinq (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Contrôle technique des deux-roues : les premiers véhicules devront s’y soumettre à partir d’avril 2024
PLF 2024 : victoire pour les hybrides sur le malus au poids !
BMW et Mini vont vendre leurs voitures «au même prix partout»
Contrôle technique auto : ces plateformes qui vous proposent des prix cassés
Auto : Stellantis grand perdant des ventes en Europe, Volkswagen tire son épingle du jeu