La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +20,00 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    41 255,54
    +85,38 (+0,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +1,69 (+2,65 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4102
    +0,0050 (+0,36 %)
     

Affaire Mia : la mère de la fillette a "sollicité" les ravisseurs présumés "via Internet" pour procéder au rapt

Ambre Lepoivre
·1 min de lecture

La mère de Mia a contacté des hommes par Internet pour leur demander d'organiser l'enlèvement de sa fille, placée chez sa grand-mère maternelle.

Quatre hommes sont actuellement en garde à vue, soupçonnés d'avoir participé à l'enlèvement de Mia, 8 ans. Durant leurs auditions, ils ont expliqué aux enquêteurs que Lola Montemaggi, la mère de la fillette, les avait "sollicités via Internet pour récupérer sa fille, dont elle s'estime injustement séparée, pour partir à l'étranger", a indiqué le procureur de la République d'Epinal, Nicolas Heitz, ce vendredi lors d'une conférence de presse.

Depuis janvier, sa mère âgée de 28 ans était privée de son droit de garde et la petite fille logeait chez sa grand-mère maternelle, désignée tiers de confiance par la justice. Les hommes mandatés par Lola Montemaggi devaient l'enlever puis la remettre à la mère 20 minutes plus tard.

"Résister à la barbarie de ce système" 

"L'un d'entre eux a revendiqué cette action, la qualifiant 'd'exfiltration'", a rapporté Nicolas Heitez, expliquant qu'un autre s'est félicité d'avoir "résisté à la barbarie de ce système" et d'avoir remis la petite fille à prise injustement - selon lui - à sa mère, "à la Arsène Lupin" (un gentleman cambrioleur créé en 1905 par le romancier Maurice Leblanc). Le troisième estime, d'après ses mots devant les enquêteurs, "avoir sauvé la vie de l'enfant" mais reconnaît qu'il a "pu être manipulé".

Pour l'heure, tous se refusent à communiquer la localisation de la mère et de sa fille qui demeurent introuvables.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :