Marchés français ouverture 3 h 27 min
  • Dow Jones

    31 188,38
    +257,86 (+0,83 %)
     
  • Nasdaq

    13 457,25
    +260,07 (+1,97 %)
     
  • Nikkei 225

    28 780,00
    +146,54 (+0,51 %)
     
  • EUR/USD

    1,2134
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    30 012,19
    +369,91 (+1,25 %)
     
  • BTC-EUR

    28 643,39
    +31,34 (+0,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    689,66
    -10,95 (-1,56 %)
     
  • S&P 500

    3 851,85
    +52,94 (+1,39 %)
     

Affaire du lycée privé Saint-Jean de Passy: le directeur blanchi des accusations de harcèlement moral

·2 min de lecture

L’ancien directeur du prestigieux lycée privé Saint-Jean de Passy, François-Xavier Clément, a été mis totalement hors de cause de toutes les attaques dont il faisait l’objet et qui ont fondé une procédure de signalement au Procureur de la République de Paris. Une affaire qui ouvre le débat du degré d’autonomie dont disposent les établissements privés et pose la question de l’ingérence des parents d’élèves dans ces institutions.

La nouvelle est inversement proportionnelle au bruit médiatique qu’a généré cette affaire. Le 20 novembre, le Procureur de la République de Paris a classé "sans suites" le signalement visant François-Xavier Clément, directeur de et Jean Ducret, le responsable des classes de Première et Terminale, du chef de harcèlement moral transmis le 12 mai dernier par le diocèse au parquet de Paris. Malgré la centaine d’articles qu’a suscitée cette affaire, rares sont les médias à avoir couvert cette information : les deux protagonistes de l’affaire sont donc blanchis par la justice.

Le parquet de Paris avait confié ce dossier à la Brigade de répression de la délinquance et de la personne (BRDP) qui a entendu les deux cadres pendant plus de 10 heures chacun ainsi qu’une dizaine de témoins. La police a eu évidemment également accès à l’audit que le Conseil d’établissement avait diligenté il y a un an au cabinet de conseil en ressources humaines, Alterhego. C’est ce même document qui servira de base trois mois plus tard à l’éviction des deux cadres. Le 14 avril, les familles de l’établissement apprenaient par un mail de Jacques Moreau, le président du Conseil d’administration l’existence de "pratiques managériales dysfonctionnelles portant atteinte à la santé et à la sécurité physique et psychique des collaborateurs". Une communication anxiogène et lourde de sous-entendus, au point que le principal intéressé, François-Xavier Clément se sente obligé dès le lendemain de communiquer en précisant qu’il n’est "en aucun cas question de soupçon d’agression sexuelle ni envers les enseignants, ni envers les élèves."

Familles aux carnets d’adresses puissants et influents

Depuis cette affaire a mobilisé pas moins de cinq avocats, deux cabinets d’audit, deux évêques jusqu’au nonce (représentant du pape en France). Un déploiement d’énergie hors norme, miroir d’une institution parisienne d’excellence fondée en 1839, qui rassemble une partie de l’élite bourgeoise de la capitale où se croisent d[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi