Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 441,54
    -411,32 (-1,06 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,58
    -99,30 (-0,58 %)
     
  • Nikkei 225

    38 556,87
    -298,50 (-0,77 %)
     
  • EUR/USD

    1,0805
    -0,0056 (-0,52 %)
     
  • HANG SENG

    18 477,01
    -344,15 (-1,83 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 197,68
    -1 082,06 (-1,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 447,25
    -37,44 (-2,52 %)
     
  • S&P 500

    5 266,95
    -39,09 (-0,74 %)
     

Affaire Kenzo lors d'Ajaccio-OM: trois supporters jugés ce vendredi

Affaire Kenzo lors d'Ajaccio-OM: trois supporters jugés ce vendredi

C'était le 3 juin dernier. Le jeune Kenzo, un petit garçon malade d’un cancer au cerveau, assistait au match d'Ajaccio contre l’Olympique de Marseille en Ligue 1 (1-0). Son père avait été frappé par des spectateurs corses, le fils bousculé. Emmanuel Macron avait réclamé des sanctions "claires" et "fortes" dans cette affaire qui avait suscité une vague d’émotion et de réactions. Au final, trois hommes avaient été interpellés. Ils sont jugés ce vendredi 25 août au tribunal d'Ajaccio pour violences aggravées.

Laissés libres après leur défèrement devant le procureur de la République, les trois prévenus, âgés d'une vingtaine d'années, avaient été placés sous contrôle judiciaire avec "interdiction de fréquenter une enceinte sportive" jusqu'à la date du jugement. Ils n'ont jamais eu affaire à la police ou à la justice avant cette affaire.

Coups de poing et provocation

Sur la vidéosurveillance du stade le soir des faits, ces trois hommes apparaissent clairement. Ils entrent quelques secondes dans la loge et l'un d'eux aurait assené deux coups de poing au père de Kenzo après un échange de provocations, le père ayant embrassé son maillot de l'OM en réponse aux insultes des Corses.

PUBLICITÉ

Kenzo, lui, avait été bousculé et légèrement blessé en heurtant une barre. Ce qui l'avait fortement choqué. Son maillot ne lui avait pas été volé, mais celui de son père avait été extorqué par les agresseurs. Rien ne prouve que le maillot du garçon avait été brûlé, avait précisé le procureur contrairement au récit des parents. La mère du garçon, elle, n'était pas dans la loge. Deux mois et demi après l'emballement et l'émotion, les trois prévenus vont devoir s'expliquer au tribunal, eux qui nient avoir commis des violences contre le petit Kenzo.

Ce procès s'ouvre au moment où l'AC Ajaccio se retrouve de nouveau dans une situation difficile par rapport à ses supporters. À la suite des violents incidents ayant entaché le match de la 3e journée de Ligue 2 contre les Girondins de Bordeaux, le week-end dernier, la Ligue de football professionnel (LFP) a prononcé mercredi la fermeture totale du stade François-Coty à titre conservatoire.

Article original publié sur RMC Sport