Mais quelle est cette "affaire du fonds Marianne" qui empoisonne le gouvernement

Gonzalo Fuentes

Ouverture d'une information judiciaire, commission d'enquête au Sénat, rapport en cours de l'Inspection générale de l'administration : l'affaire du "fonds Marianne" prend un ampleur inquiétante pour le gouvernement. Mise en cause, la médiatique secrétaire d'Etat Marlène Schiappa parle de "calomnies". L'affaire est inflammable, car elle remet sur le devant de la scène médiatique l'assassinat de Samuel Paty.

Le Parquet national financier (PNF) a ouvert une information judiciaire pour des soupçons de détournement de fonds publics dans la gestion du "fonds Marianne", créé par le gouvernement après l'assassinat de Samuel Paty afin de lutter contre le séparatisme. La procédure ouverte porte sur les chefs de "détournement de fonds publics, détournement de fonds publics par négligence, abus de confiance et prise illégale d'intérêts", selon une information de France Inter confirmée par le PNF. L'Inspection générale de l'administration enquête de son côté, et rendra un rapport sur l'affaire d'ici fin juin.

Marlène Schiappa en première ligne

Le fonds Marianne, doté de 2,5 millions d'euros, a été lancé par Marlène Schiappa, alors ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, après le meurtre de l'enseignant Samuel Paty, décapité en octobre 2020 pour avoir présenté à ses élèves des caricatures de Mahomet dans le cadre d'un cours sur la laïcité. Marlène Schiappa est aujourd'hui Secrétaire d'Etat chargée de l'économie sociale et solidaire et de la vie associative. Venue de la gauche, cette ancienne conseillère municipale du Mans, aujourd'hui âgée de 40 ans, s'est engagée en 2017 dans la campagne d'Emmanuel Macron. Elle rejoindra ensuite le gouvernement d'Edouard Philippe comme Secrétaire d'Etat chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes et la lutte contre la discrimination.

Le Sénat passe à l'attaque

A noter que le commission des Finances du Sénat a voté, et ce à l'unanimité, en faveur d'une mission d'information sur cette affaire. C'est après avoir obtenu les documents concernant le pilotage du fonds que le président socialiste de la commission des Finances de la haute assemblée , Claude Raynal, a considéré qu'il y avait "matière" a lancer cette mission. Il a été rejoint dans cette initiative par plusieurs sénateurs, y compris de droite. Selon Public Sénat, la commission d’enquête serait composée des membres de la commission des Finances. C’est le rapporteur général du [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi