La bourse est fermée

Affaire des faux espions chez Renault : Maurice Lévy (Publicis) pourrait être entendu sur l’un des volets du dossier

Neuf ans après, l’affaire des faux espions chez Renault refait surface. Ou plus exactement, un dossier connexe à cette invraisemblable feuilleton qui à l’époque, avait conduit Carlos Ghosn à s’expliquer au 20 heures de TF1 et son numéro deux, Patrick Pelata, à quitter l’entreprise. Le 5 septembre dernier, la Cour d’Appel de Paris a en effet rendu une décision de nature à relancer l’enquête judiciaire. Et elle pourrait conduire à l’audition du président de Publicis, Maurice Lévy, pour des faits de “dénonciation calomnieuse”.

Pour résumer, des accusations bidons avaient conduit Renault à licencier quatre de ses cadres entre 2009 et 2011 : les uns, pour avoir livré des informations confidentielles aux Chinois sur la voiture électrique. Un autre, le directeur du marketing client Philippe Clogenson, pour avoir touché des pots de vin lors d’un appel d’offre publicitaire. Les policiers de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) avaient fini par démonter toute l’affaire. Blanchis, les cadres avaient été indemnisés et certains réintégrés, comme Philippe Clogenson.

Ce dernier avait alors porté plainte contre X pour dénonciation calomnieuse, faux et usage de faux, afin de déterminer qui, outre Renault, l’avait accusé de percevoir des commissions illicites. Dans un premier temps, les juges d’instruction n’avaient pas retenu ce volet de l’affaire. Mais pour la Cour d’Appel saisie dès 2017, la demande de cet ancien cadre dirigeant est légitime et mérite l’ouverture d’une enquête spécifique.

C’est ici qu’entre en scène le patron de Publicis, un proche de l’ancien P-DG Carlos Ghosn dont le groupe est le partenaire publicitaire historique du constructeur. Son rôle supposé dans ce dossier a été en partie relaté dans un article de Libération de 2012, puis dans le livre du journaliste Matthieu Suc, “Renault, nid d’espions” (Éditions du Moment), paru un an plus tard.

Selon les auditions réalisées à l’époque par les policiers, Maurice Lévy aurait relayé des rumeurs malveillantes

(...) Cliquez ici pour voir la suite