La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 836,31
    -174,81 (-1,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

Affaire des "fadettes" : Elisabeth Borne se plie à l'avis du CSM qui avait blanchit deux magistrats du PNF

Antoine Gyori/Corbis/Getty images

La décision revenait à la cheffe du gouvernement. La Première ministre, Elisabeth Borne, a décidé de "suivre l'avis du Conseil supérieur de la magistrature" qui avait considéré qu'il n'y avait "pas lieu" de sanctionner deux magistrats du Parquet national financier (PNF) soupçonnés de "manquements" dans l'affaire des "fadettes", a indiqué Matignon à l'AFP. Cette décision solde des poursuites entamées par le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti peu après son entrée au gouvernement, alors qu'il avait été visé en tant qu'avocat par des relevés téléphoniques ("fadettes") ordonnées par ces magistrats dans une instruction, ce qui lui vaut aujourd'hui des poursuites pour "prises illégales d'intérêt".

Dans deux avis distincts rendus il y a dix jours, le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) avait estimé que l'ex-cheffe du Parquet national financier, Eliane Houlette, et son actuel numéro deux Patrice Amar n'avaient "commis aucune faute disciplinaire" et qu'il "n'y a pas lieu" de les sanctionner. La décision finale appartenait à la Première ministre, alors que ce double avis sonnait déjà comme un désaveu pour Eric Dupond-Moretti. Juste avant d'arriver Place Vendôme, Me Dupond-Moretti avait dénoncé les méthodes de "barbouzes" du PNF qui avait épluché certains de ses relevés téléphoniques lors d'investigations visant à débusquer une taupe qui avait pu informer Nicolas Sarkozy qu'il était sur écoute.

Ouverte sous la supervision d'Eliane Houlette et classée sans suite en 2019, cette enquête (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Vendée : une ville installe des habitats préfabriqués pour loger les travailleurs locaux
Dans ce restaurant rennais, un robot à tête de chat fait le service
Olivia Grégoire annonce la création d'un "Conseil national du commerce"
La reine des influenceurs Magali Berdah appelle à mieux réguler son secteur
Retraites : des parlementaires accusent l'Etat de vouloir "se servir dans les caisses" de l'Agirc-Arrco