Marchés français ouverture 2 h 50 min
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    -9,93 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 608,36
    +62,18 (+0,22 %)
     
  • EUR/USD

    1,2161
    -0,0007 (-0,06 %)
     
  • HANG SENG

    29 454,02
    +62,76 (+0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    26 150,38
    -215,50 (-0,82 %)
     
  • CMC Crypto 200

    640,05
    -7,27 (-1,12 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     

Affaire Duhamel: sur le gril, le directeur de Sciences Po se défend

·2 min de lecture

Le directeur de Sciences Po, Frédéric Mion est dans l'oeil du cyclone, suspecté d'avoir voulu taire l'affaire Duhamel jusqu'à ce qu'elle devienne publique. Il vient d'adresser une lettre à ses collaborateurs dans laquelle il tente de se justifier. Plusieurs associations d'étudiants demandent sa démission, ainsi qu'un ancien président de l'Institut des Sciences Politiques.

Le directeur de Sciences Po va-t-il être la deuxième personnalité à devoir démissionner ? Dans un courrier adressé à ses collaborateurs et que Challenges reproduit ci-dessous, Frédéric Mion le directeur de Sciences Po tente de justifier sa première réaction de surprise lorsque les accusations d'inceste concernant Olivier Duhamel, le président de l'institution ont été rendues publiques. "Ma stupeur à l’énoncé des faits révélés n’était pas feinte", écrit-il tout en reconnaissant pourtant avoir été informé au préalable de ces faits, par l'ancienne ministre Aurélie Filippetti, enseignante à Sciences Po, puis par Duhamel lui-même qui avait tenu à l'informer de la sortie d'un livre le mettant en cause.

Chères Toutes, Chers Tous,
Je souhaite m’adresser directement à vous et sans tarder car je sais que nombre d’entre vous, à la lecture de l’article du Monde paru hier soir, se questionnent bien légitimement et ont besoin que la lumière soit faite sur la réalité de cette affaire. J’ai envers vous un devoir de clarté. À la fin de l’année 2019, Aurélie Filippetti, enseignante à Sciences Po, m’a informé de rumeurs dont elle avait eu l’écho concernant Olivier Duhamel.
Sans preuve tangible, sans éléments précis, j’avais peine à imaginer que cette rumeur puisse avoir le moindre fondement. J’ai néanmoins tenté, face à la suspicion de faits aussi ignobles qu’incertains, d’en savoir davantage. Chacun peut imaginer la difficulté de mener une telle démarche dans le respect de la loi et de la dignité des personnes concernées, à commencer par les victimes, dont on sait depuis qu’elles avaient choisi de garder le silence.
Je me suis tourné vers un proche d’Olivier Duhamel, qui m’a indiqué avec fermeté que cette rumeur était sans fondement. Je me suis par ailleurs assuré, au plan interne, qu’aucun agissement délictueux n’avait fait l’objet d’un signalement au cours des années où Olivier Duhamel avait enseigné dans notre maison.
J’ai appris dimanche soir 3 janvier par Olivier Duhamel lui-m[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi